Latest films – From April to August 2021

Promising Young Woman

Promising Young Woman is a movie that will shake you for sure.

A trigger warning to start this article: this article will mention topics like sexual violence, rape, violence and grief. Feel free to skip reading it if you do not feel it is safe for you to do so.

I got a subscription to the English movie magazine Little Lies a while back and so I received the issue about Promising Young Woman early in 2020 just before the pandemic hit, and so just before the release of this movie, at least in the US, got pushed.

With the movie being nominated and winning some of the most prestigious awards during the last award season and with the theaters reopening in California, I was able to go to a theater in Santa Barbara to see this movie.

I – intentionally – did not read to much about it just before going. I knew it was about revenge and that the main role, played by Carey Mulligan, was a « bad ass » but that is all.

Carey Mulligan in Promising Young Woman – Source: businessinsider.com

The movie is not advertised as being about sexual violence and its aftermath and the trauma it can lead to but I prefer letting this out because if I « only » felt uncomfortable I know it can be triggering.

The first scenes of the movie makes you feel real uneasy but they grab you and bring you straight in. Carey Mulligan is fantastic, she is both fierce, fragile, magnetic and charismatic. The supporting roles are all really good as well and they do not always have flattering roles (hum, euphemism!).

I also loved the story telling (Academy Award for Best Original Screenplay for Emerald Fenell, who was also nominated for her directorial debut) and the set decorations. There are so many beautiful shots. The movie is visually as bright as its subject is dark.

Watching this movie is an experience you won’t forget, and it will for sure make you discuss and think about it.

Minari

Minari is a gem of a movie. It is sweet, sincere, moving and funny. We follow a Korean American family as they settle in a trailer in the middle of a field in Arkansas following the father’s dream of growing Korean produce, building something amazing and profitable for his family in the US.

It is a tale about dreams, family and home. Actually the one thing that made my heart melt was the relationship between the grandmother and the son. They are fantastic and so well portrayed by Youn Yuh-jung and the young Alan Kim. We can see the grandmother slowly win over her grandson after a rocky starts when she arrives from Korea to help the parents out.

This movie is one of my favorite from the past awards season. Watch it. You will feel better after you do.

Steven Yeun, Noel Cho, Alan Kim and Han Ye-ri in Minari – Source: premiumbeat.com

The King of Staten Island

Ok this one I saw at home, this is the exception as it was released in 2020.

Starring Pete Davidson (from Saturday Night Live) this movie is loosely based on his life. Pete Davidson actually co-wrote the screenplay with Judd Apatow and Dave Sirus.

It is the story of Scott, a highschool drop out who spends his days hanging around with his friends, smoking weed and giving them tattoos, his dream being opening a tattoo shop. Scott suffers from mental health issues, he still lives with his mom and lost his dad when he was a kid – his dad died working, he was a firefighter.

The movie is a coming of age story,even if that « coming of age » comes a bit later than typical coming of age story often set in high school.

If you like Judd Appatow and indie films I am sure you will love this movie. It is touching without being melodramatic and Pete Davidson’s performance is remarkable.

Pete Davidson in The King of Staten Island – Source: indiewire.com

Cruella

I went to see this one, mostly because of Emma Stone (I love her). But I was kind of skeptical at first. I grew up watching Glenn Close’s Cruella so I was wondering what Emma Stone’s rendering of this iconic Disney villain would be.

Finally reading a lot of reviews and critics saying this movie was a visual masterpiece I decided to go and see it in theaters (Please if you can go to the movie theater, all theaters need it!). I was not disappointed.

The movie is an origin story showing how Ella became Cruella. It is a highly entertaining movie. The style, the costums, sets etc are stunning and the performances by both Emma Stone and Emma Thompson are just wonderful. But the one thing that really did it for me is the soundtrack. Pop and rock classics that highlight the film’s energy.

Overall a really enjoyable and impressive moment !

Emma Stone in Cruella. Photo by Laurie Sparham. © 2021 Disney Enterprises Inc.

Together

Together is a very unique film. Starring Sharon Horgan (seen in the wonderful series This Way Up – see a previous article) and James McAvoy, it is set in a couple’s home during the COVID pandemic. In the UK, during the several lockdowns throughout 2020 and the beginning of 2021, we share the story of an already struggling couple (and when I say struggling they basicaly hate each other).

This movie is unique in its form: 99% of the movie are dialogs between the 2 characters or monologues during which they adress the camera directly, breaking almost constantly the fourth wall. The only additional character in this 90 minute movie is their son. A silent presence in the house.

James McAvoy and Sharon Horgan in Together – Source: hollywoodreporter.com

There is a lot of verbal violence, resentment and anger between the two characters. The events of the past 18 months will shake up their lives and their relationship.

I am not going to lie, I believe you have to be in a good mindset in regards to your experience with the pandemic to not be triggered by this movie. However the writing, the playfulness between the actors and the camera, the quality of James McAvoy and Sharon Horgan’s acting will for sure make you enjoy the experiment of watching such a unique movie.


Promising Young Woman

Promising Young Woman est un film qui va vous remuer, c’est certain.

Je voudrai commencer par un « trigger warning »: la présentation de ce film vq mentionner des sujets comme les violences sexuelles, le viol, la violence et le deuil. Si vous ne vous sentez pas de lire cela, vous pouvez passer à la presentation du prochain film pour un sujet plus doux.

Je me suis abonnée un temps au magazine anglais Little Lies, un magazine spécialisé sur le cinema. Juste avant le debut du Covid, donc juste avant que la sortie US du film soit repoussée, j’ai reçu le numero de Little Lies dont la couverture etait Promising Young Woman.

Un an plus tard, le film ayant ensuite été nommé et ayant gagné quelques unes des récompenses les plus prestigieuses durant la dernière « award season » et puisque les cinémas réouvraient en Californie, j’ai pu aller voir le film au cinéma à Santa Barbara.

Carey Mulligan dans Promising Young Woman – Source: chicagomaroon.com

Je n’avais pas – intentionellement – lu grand chose à propos du film avant d’aller le voir. Je savais que c’était un film qui traitait de vengeance et que Carey Mulligan avait l’air de jouer un rôle de « bad ass » mais c’est à peu près tout.

La publicité du film n’a que peu ou pas mentionné le sujet des violence sexuelles et du viol ainsi que leurs repercussions et le traumatisme qui en résultent mais je préfère le dévoiler car si je me suis personnellement juste sentie mal à l’aise je sais que pour d’autres ça peut aller plus loin.

Les premières scènes du film sont dérangeantes mais elles nous saisissent dès le début et nous embarquent dans l’univers du film tout de suite. Carey Mulligan est fantastique. Elle est à la fois feroce, fragile, magnétique et charismatique. Les seconds rôles sont également très bons malgré leurs rôles la plupart du temps peu flatteurs (et c’est un euphémisme).

Ce que j’ai également trouvé le scénario et la manière de raconter (Emerald Fenell a d’ailleurs gagné l’Oscar du Meilleur Scénario Original pour sa première réalisation – elle était d’ailleurs également nommé pour sa réalisation) ainsi que les décors. Il y a tellement de magnifiques cadrages. Le film est visuellement aussi lumineux et coloré que son sujet est sombre.

Regarder ce film est une expérience que vous n’êtes pas prêts d’oublier et c’est un visionnage qui vous mènera à d’intéressantes discussions et réflexions.

Minari

Minari est une petite pépite. C’est un film doux, vrai et sincère, émouvant, touchant et drôle. Il suit une famille Americano-Coréenne alors qu’ils s’installent dans un mobil-home sur une plaine de l’Arkansas où le père rêve de planter et vendre des fruits et légumes coréens dans l’espoir de construire un business profitable dont il serait fier pour sa famille.

Alan Kim et Steven Yeun dans Minari – Source: variety.com

Ce film est une histoire de famille qui raconte aussi les rêves et ce qu’est un foyer. Une des choses qui m’a le plus touchée est la relation entre le petit garçon et sa grand mère. Ils sont tous les deux fantastiques et parfaitement interprétés par Youn Yuh-jung et le jeun Alan Kim. On assiste au lent apprivoisement du petit garçon par sa grand mère après des débuts un peu compliqués à l’arrivée de la grand mère de Corée, venue aux Etats-Unis pour aider les parents avec les petits pendant qu’ils construisent leur affaire.

C’est un de mes films préférés de la dernière « Awards season ». Vraiment, je vous conseille de le regarder. Vous vous sentirez bien mieux après !

The King of Staten Island

Ce film est l’exception de cet article: je l’ai vu chez moi et pas au cinéma, car il est sorti en 2020 il me semble.

Avec Pete Davidson dans le rôle titre (connu pour sa participation à l’émission culte Saturday Night Live), ce film est librement adapté de sa propre vie, Pete Davidson ayant co-écrit le scénario avec Judd Apatow et Dave Sirus.

C’est donc l’histoire de Scott, la vingtaine, un jeune ayant abandonné l’école au lycée qui passe son temps à trainer avec ses amis, à fumer des joints et à leur faire des tatouages, lui qui rêve d’ouvrir son propre salon de tatouage. Scott souffre de troubles mentaux et vis seul avec sa mère suite au décès de son père, mort dans l’exercice de ses fonctions, il était pompier.

Pete Davidson dans The King of Staten Island – Source: theguardian.com

Il s’agit d’un film sur le fait de grandir et devenir adulte – appelé en anglais « coming of age story », un classique du cinéma – même si cette fois on ne parle pas d’un adolescent encore au lycée mais d’un jeune adulte perdu.

Si vous aimez le cinéma de Judd Apatow et le cinéma indépendant américain, je suis à peu près sure que vous apprécierez ce film. C’est un film émouvant sans tomber dans le pathos et la performance de Pete Davidson est remarquable

Cruella

Je suis allée voir ce film, je l’avoue, grandement pour Emma Stone (je l’aime), mais j’étais plutôt sceptique au départ. J’ai grandi en voyant le dessin animé des 101 dalmatiens puis les deux films avec la géniale Glenn Close dans le rôle de Cruella donc je craignais que la version Emma Stone de cette méchante charismatique ne soit pas à la hauteur de mes souvenirs d’enfance.

Emma Stone dans Cruella – Source: vulture.com

Finalement, après avoir lu beaucoup de critiques positives sur le film qui en parlaient comme d’un chef d’oeuvre visuel, j’ai décidé que ça devait valoir le coup de le voir, et de le voir au cinéma ! (Si vous le pouvez vraiment, allez au cinéma, les gérants de salle en ont besoin!). Et je n’ai pas été déçue.

C’est un film qui parle de la genèse de Cruella d’Enfer et comment elle en est arrivée là. C’est un pur divertissement. Le style, les costumes, les décors et les fantastiques performances des deux Emma (Stone et Thompson toujours parfaite). Mais je crois que le petit truc en plus qui m’a vraiment donné envie de parler de ce film ici est la musique: des tubes pop et rocks accompagnent ces images hautes en couleur et c’est absolument réjouissant!

Together

Together est un OVNI cinématographique. Avec Sharon Horgan (vue dans la série This Way Up dont je parle ici)et James McAvoy, le fim est un huis clos au domicile d’un couple durant la crise du COVID. Au Royaume Uni, on suit ce couple qui a déjà des soucis – pour ne pas dire qu’ils se détestent – durant les différents confinements successifs ayant eu lieu en 2020 et 2021.

James McAvoy et Sharon Horgan dans Together – Source: nytimes.com

Quand je parle d’OVNI, c’est que ce film est unique dans la forme: 99% de ce film sont constitués de dialogues entre les deux personnages ou de monologues pendant lesquels ils s’adressent directement à la caméra, brisant quasi constamment le quatrième mur. Le seul autre personnage de ce film d’1h30 est leur fils, présent dans la maison mais silencieux.

Il y a beaucoup de violence verbale entre les deux protagonistes, beaucoup de ressentiments et de colère. Les évènements de ces 18 derniers mois vont les remuer et rebattre les cartes de leur relation.

Je ne vais pas vous mentir, je pense qu’il faut avoir un peu le moral, surtout par rapport sa propre expérience de la crise du COVID, pour apprécier ce film a sa juste valeur. Cependant, l’écriture et les performances hors norme de James McAvoy et Sharon Horgan vont certaintement vous faire apprécier l’expérience qu’est le visionnage de ce film.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s