Series to watch – Part 3

No movie theaters for so long, and platforms and TV channels releasing more and more quality contents, so here we are with the third part of « Series to watch ». Some shows I am sure you have heard of, others maybe not. Here are my latest favorites from TV / platforms.

The Queen’s Gambit – Netflix

Ok this one I know you heard a lot about, if only because the main actress, Anya Taylor-Joy (impeccable in the movies Emma and Split), was nominated in every award possible for this role (and was also a movie nominee at the Golden Globes, along with her Queen’s Gambit nom’ for her role in Emma) and because chess boards were a big hit last Christmas.

Thomas Brodie-Sangster (Benny) et Anya Taylor-Joy (Beth) – Source: the-peak.ca

I was kind of skeptical at first. I felt like it was yet another story about someone brilliant at their craft – which can be interesting don’t get me wrong, but could also lack originality – and that it could be repetitive to watch a chess match after another when you do not understand the art of chess at all.

But the show captivated me instantly.

The cinematography is just beautiful with the very brown/green/yellow color palettes that match perfectly the main characters skin tone and hair color. The aesthetics of the show are just on point and coherent throughout the show.

Another aspect that really kept me engaged in the story is Anya Taylor-Joy. There is something mesmerizing about her, almost hypnotic. Her eyes especially.

I watched this show along with my roommate and, in respect to the fear I had when we started the show that it will be boring to watch a series of chess games, I remember at one point telling her that I was pleasantly surprised they managed to make every game unique and so it did not feel repetitive.

Unorthodox – Netflix

I had been curious about this one for a while, and hearing all the praises about it just made me want to watch it that much more.

Unorthodox is about a young Jewish woman living in an ultra-orthodox community in Brooklyn, NY in an arranged marriage she is not happy with. One day she decides to flee and decides to go to Berlin because that is where her mother, who escaped their community as well, lives.

Shira Haas as Esty – Source: nytimes.com

This mini-series is hence focused on the character of 19 year-old Esty, played brilliantly by Israeli actress Shira Haas. She carries the show on her shoulders and is just fantastic in conveying all that Esty is going through, learning her way in a new world amongst young artists whose lives are so different in every way from the life she knew.

This is a story about heritage, tradition, strength, emancipation and the sense of belonging.

The Looming Tower – Hulu

This more « classic » mini-series follows an FBI team working on Al-Qaeda in the years and months leading up to 9/11. This series is based on true events and true characters even if they romanticized some of them for narrative purposes as the opening intertitle mentions.

Jeff Daniels as John O’Neill and Tahar Rahim as Ali Soufan – Source: latimes.com

This show is based on the book, also titled The Looming Tower, by Lawrence Wright and published in 2006.

The cast includes some well known names like Jeff Daniels, Peter Sarsgaard and Tahar Rahim.

This is the kind of show that teaches you part of History you did not necessarily know about – especially not growing up in the US. It centers on the difficult relationships between the CIA and the FBI and the withholding of information from the FBI by the CIA. This lack of intelligence is believed to have set the path for the events of 9/11.

It is kind of weird to follow investigations you sadly know the end to and see some characters making mistakes you know are going to lead to horrible events.

The acting, the rhythm and the well written characters make this show really involving and interesting.

Better things – FX

Pamela Adlon as Sam, Olivia Edward as Duke, Hannah Alligood as Frankie and Mikey Madison as Max – Source: variety.com

Ok, so this show is a little gem.

This is story of single mom and actress Sam fox – portrayed by Pamela Adlon, who co-created the show with Louis C.K. – who lives with her 3 daughters in Los Angeles.

Her three daughters, the eldest Max, Frankie and the youngest Duke, all have very strong and well defined characters. They are often opposing their mom, as typical teenagers and pre-teens can do.

Sam is a very loud and without filter person, which is often a source of reproach from her daughters, but which also allows her to be really honest and open with them. They also live across the street from Sam’s English and eccentric mom.

I love this show because it is light but still tackles a lot of subjects: what it means to be a middle aged woman, and even more a middle-aged single mom, in Hollywood today, what it means to be a young woman or girl today, having to affirm yourself in the world, but also the mother-daughter relationships dynamics, the juggle between being a mom and being a woman…

Sam can be harsh in her words but she is also going overboard for her daughters and really open minded with them, their questions and their struggles.

There is a lot of tenderness and love in this weirdly loving family.

I have to admit the rhythm of the show sometimes threw me off but at the end I have to say that those tender moments, and Sam’s punchlines are what has stayed with me since I finished watching it and I think that is how you know a show touched you and is good.

I May Destroy You – HBO

Trigger warning: this mini series deals with rape and the aftermath of a rape. If you are not feeling up to reading this, skip to the next show 🙂

It took me a while to start watching this one because of its subject – I just needed to be in the right mindset to start watching (and because, to be honest, I was debating starting a new streaming platform subscription, I finally subscribed to HBO max, there you have it).

I had heard only praises about this show and I will not say anything different here.

Paapa Essiedu as Kwame, Michaela Coel as Arabella and Weruche Opia as Terry – Source: vulture.com

Michaela Coel is a powerhouse. The creator, show runner, writer and main actress is central to this show. She portrays Arabella, a young Black English woman, who loves to party with her friends, is trying to write a second book after her first, a collection of her best tweets, put her on the map.

One night she joins one of her friends to a bar where they are with people he knows and some people they meet there. They party, with alcohol and some drugs. The next day, her phone’s screen is smashed, she has a cut in her face.

Then starts the recollection of the past night events, and also the long way to acknowledging what has happened to her and to healing for Arabella.

One thing I admire in Michaela Coel’s story telling is that she is not only dealing with Arabella’s struggle but also her friends’. She is also not limiting the story to this particular drug induced rape that happened to Arabella in the bar, but she took the time to acknowledge and discuss other types of rape that too many people have unfortunately experienced. This is the strength of the show: there is no taboo. You will not finish watching this show without asking yourselves millions of questions about yourself, about psychology, about society and about the world we live in. But still in the end there is optimism, there is love and friendships so strong they can go through the ups and downs of recovery.

The full cast is amazing (they actually just won the best ensemble cast for a new scripted series award at the Spirit Independant Films Awards), the cinematography and aesthetics of the show are just mesmerizing. And Michaela Coel is hypnotic. She is the revelation all the praises I read before watching promised she was going to be.

It’s a sin – HBO

This show is a wonder. Plain and simple.

I may destroy you and It’s a sin just prove that the UK is full of wonderful young actors and there is a bright future for TV and movies in the UK. Honestly. I am just mind blown by the beauty of this show.

It’s a sin depicts the lives of a group of young gay men and their friends in London over a decade from 1981 and 1991, during the HIV crisis in the UK.

Over the course of its only 5 episodes, we see Ritchie an aspiring actor from the Isle of Wight, whose parents do not know he is gay, Roscoe who flees his home when his dad plans to send him back to Nigeria where is family is from, and Colin, a shy young man leaving Wales to work at a tailor in London. They settle in a shared house with Jill and Ash where they can be fully themselves and explore their friendships and their relationships.

At the beginning of the series the threat of AIDS and HIV – which are known as a rare kind of cancer – seems pretty far away. Throughout the decade the show depicts it is getting more and more real to the group of friends. From a 2021 perspective it is so infuriating to see the ignorance around all of this and especially the fact that it lead to even more violence and bias towards the gay community.

What I loved the most about the show are the friendships and the whole community living description. Their ritual to sing « Laaa » to say hello and goodbye to each other for example and the support they all bring to each other. Every storyline and every character is both beautifully written and beautifully portrayed.

The whole ensemble cast is trully wonderful, and the guest stars, from Neil Patrick Harris to Stephen Fry, are also perfect. But I have to admit that Olly Alexander as Ritchie and Lydia West as Jill are, for me, the two revelations of the show.

One of the last scene between Jill and Ritchie’s mom – portrayed by Keeley Hawes – gave me chills and made me cry out of shock. Both actresses were perfect.

Lydia West as Jill and Keeley Hawes as Valerie Tozer – Source: vulture.com

This is a must-watch show for so many reasons, I highly recommend it. Like really.


Pas de cinéma pendant si longtemps, et des plateformes et chaînes de télévision qui proposent de plus en plus de séries et mini-séries de qualité, nous voilà donc au 3ème volet de mes suggestions de séries à regarder. Je suis sûre que certaines de ces suggestions ne serons pas des découvertes pour la plupart d’entre vous mais peut être que d’autres oui. Alors voici mes dernières séries préférées.

Le Jeu de la Dame – Netflix

Bon d’accord, cette série là je sais que vous en avez au moins entendu parler si ce n’est pour le record de vente de jeux d’échecs autour de Noël ! Mais peut être aussi si vous suivez les cérémonies de récompense puisque l’actrice principale y a été nommée à la fois pour ce rôle et pour son rôle dans le film Emma (pour lequel elle a gagné un Golden Globes).

Je dois bien admettre que j’étais un peu sceptique au départ. Je craignais que ce soit une histoire de plus sur une personne brillante, focalisée sur son talent – ce que je peux tout à fait apprécier et trouver très interessant, ne vous méprenez pas, mais qui peut aussi parfois manquer d’originalité – et je craignais également que l’enchainement de matchs d’échecs devienne répétitif et lassant, surtout quand on ne comprend rien aux échecs comme c’est mon cas.

Anya Taylor-Joy (Beth) – Source: nytimes.com

Mais Le Jeu de la Dame m’a captivée tout de suite.

La photographie est magnifique et le choix de l’esthétique – avec une palette de couleurs dans les tons marrons/verts/jaunes qui correspondent parfaitement à la fois physiquement au personnage principal mais également à son tempérament et son état d’esprit – reste cohérente tout au long de cette mini-série.

Un autre aspect qui m’a gardée captivée par l’histoire est l’actrice principale, Anya Taylor-Joy. Il y a quelque chose de captivant chez elle, presque hypnotique. Son regard en particulier.

J’ai regardé cette série avec ma colocataire et; à propos de ma peur que la série devienne un peu ennuyeuse à force de montrer des parties d’échecs, je me rappelle à un moment lui faire la réflexion que j’étais très agréablement surprise par le fait qu’ils avaient réussi à rendre chaque partie d’échecs uniques avec de nouveaux enjeux, et une nouvelle manière de le filmer ce qui faisait que tout ça n’était absolument pas redondant !

Unorthodox – Netflix

Cette autre mini-série Netflix a attisé ma curiosité un moment avant que je me lance enfin dans son visionnage.

Unorthodox parle d’une jeune femme juive qui vit dans une communauté ultra-orthodox de Brooklyn, NY dans un mariage arrangé qui ne lui permet pas de s’épanouir. Un jour elle décide de s’enfuir à Berlin, destination qu’elle choisit car sa mère, qui elle aussi a fui la communauté, vit.

Amit Rahav (Yakov) et Shira Haas (Esty) – Source: latimes.com

La série est donc centrée sur le personnage de Esty, 19 ans, jouée brillamment par l’actrice Israelienne Shira Haas. Elle tient la série sur ses épaules et arrive à transmettre tout ce que Esty traverse, comme s’adapter à sa nouvelle vie au contact de jeunes musiciens dont la vie est à l’opposée de tout ce qu’elle a connu jusque là, de manière fantastique.

C’est une histoire qui parle de traditions, d’héritage familial, de force, d’émancipation et de sentiment d’appartenance.

The Looming Tower – Hulu

Cette mini-série, un peu plus classique dans le style, suit une équipe du FBI qui enquête sur Al-Qaida dans les années et mois qui précèdent les attentats du 11 septembre 2001. La série est basée sur des faits réels, mais comme le rappelle l’intertitre au début de chaque épisode, des personnages et des évènements ont été romancés au service de la narration.

Ella Rae Peck (Heather) et Tahar Rahim (Ali) – Source: latimes.com

Cette série est basée sur un livre du même nom, écrit par Lawrence Wright publié en 2006.

Le casting de cette série est impressionnant, il inclue Jeff Daniels, Peter Sarsgaard et Tahar Rahim.

Il s’agit du genre de fiction qui vous « enseigne » une partie de l’Histoire qu’on ne connaissait pas necessairement – surtout quand, comme moi, on n’a pas grandi aux Etats Unis dans ce cas précis. La série se concentre sur les relations difficiles entre la CIA et le FBI et sur la non transmission de certaines informations critiques de la CIA au FBI. Ce manque de partage de renseignements est considéré comme ayant ouvert la voie pour que les terrorristes puissent agir le 11 septembre 2001.

C’est assez bizarre de suivre des évènements dont on connait déjà malheureusement l’issue tragique et de voir des personnages faire des erreurs que l’on sait critiques.

Le jeu des acteurs, le rythme et la qualité d’écriture des différents personnages rendent cette série d’investigation plutôt engageante, captivante et intéressante.

Better things – FX

Olivia Edward (Duke), Celia Imrie (Phyllis), Pamela Adlon as Sam et Hannah Alligood (Frankie) pendant une de mes scènes préférées – Source: tvseriesfinale.com

Ok, je dois bien avouer que cette série est un petit bijou d’ovni.

Elle raconte l’histoire d’une actrice, mère célibataire, Sam Fox – jouée par Pamela Adlon qui est co-créatrice de la serie avec Louis C.K. – qui vit avec ses 3 filles à Los Angeles.

Ses 3 filles, l’ainée Max, Frankie et la plus jeune Duke, ont toutes des caractères très affirmés et forts. Elles sont souvent dans l’opposition face à leur mère comme beaucoup d’adolescents et de pré-adolescents peuvent l’être.

Sam, quant à elle, est une personne que l’on qualifierait vulgairement de « grande gueule », sans filtre , ce qui lui est souvent reproché par ses filles mais qui fait aussi qu’elle est d’une grande honnêteté et d’une grande transparence avec ses filles. Elles vivent également juste en face de chez la mère de Sam, une femme anglaise excentrique.

J’aime beaucoup cette série car elle a un ton léger et joyeux tout en s’attaquant a beaucoup de sujets profonds : ce que cela veut dire d’être une femme, une mère et une actrice d’âge moyen à Hollywood de nos jours, mais également ce que cela veut dire d’être une jeune fille, et une jeune femme de nos jours. La série évoque aussi en permanence les dynamiques des relations mères-filles, avec ces 3 générations de femmes complètement différentes les unes des autres, et le jeu d’équilibriste auquel Sam joue entre être une bonne mère pour ses filles et être une femme heureuse et épanouie.

Sam peut être souvent très dure dans ses mots, mais c’est aussi une mère qui se démène pour ses filles et est très ouverte d’esprit pour accueillir leurs soucis et leurs questions.

Il y a beaucoup d’amour et de tendresse au sein de cette famille un peu atypique mais aimante.

Je dois bien admettre que le rythme de la série m’a parfois un peu dérangée mais à la fin je dois dire que ce ne sont que ces moments de tendresse, les répliques souvent très bien senties de Sam qui me restent après avoir terminé cette série. Et c’est ça qui m’a fait realisé à quel point cette série m’avait touchée et qui m’a donné envie d’en parler ici.

I May Destroy You – HBO

Un petit avertissement pour commencer: cette mini-série parle de viol et des conséquences d’un viol. Si vous ne vous sentez pas dans le bon état d’esprit pour lire sur le sujet, je vous conseille de passer à la prochaine série.

Il m’a fallu un peu de temps pour me lancer dans le visionnage de cette série à cause de son sujet – il faut être dans le bon état d’esprit pour commencer à regarder quelque chose que l’on sait dramatique (et pour être honnête, je débatais avec moi-même sur le fait de prendre un n-ième abonnement à une plateforme, mais je l’ai fait: je suis abonnée à HBO Max, voilà).

Je n’ai entendu que des louanges et des critiques plus qu’enthousiastes sur cette série, et je ne vais pas les contredire ici !

Michaela Coel est une machine. La créatrice, show runner, scénariste et actrice principale de la série est essentielle et centrale dans la série. Elle joue Arabella, une jeune londonienne, qui aime faire la fête avec ses amis, qui essaye d’écrire un deuxième livre après que son premier, un recueil de ses meilleurs tweets, l’ait fait connaître.

Michaela Coel (Arabella) – Source: vox.com

Un soir, elle rejoint un de ses amis dans un bar où ils sont accompagnés de personnes qu’ils connaissent et de quelques personnes rencontrées le soir même. Ils font la fête, consomment beaucoup d’alcool, de la drogue aussi. Le jour d’après, l’écran de son téléphone est cassé et elle a une coupure au visage.

Puis suivent les souvenirs de la soirée qui surgissent, partiellement, comme des flashs, et commence le chemin vers la reconnaissance de ce qui lui est arrivé et son processus de guérison.

Une chose que j’admire énormément dans le récit de Michaela Coel est qu’elle n’évoque pas uniquement l’expérience unique d’Arabella mais egalement les difficultés de ses amis, par rapport à son trauma à elle bien sûr mais pas seulement. Elle ne limite pas non plus son récit à ce cas particulier d’un viol commis dans un bar sous effet d’une drogue, mais elle a pris le temps d’évoquer d’autres types de viols que malheureusement trop de personnes ont également vécus. Ces différentes agressions et viols décrits dans la série sont un peu difficiles à encaisser (et encore je ne suis qu’une spectatrice de fiction dans ce cas précis) et l’effet d’accumulation que l’on ressent a un moment n’est, à mon avis, pas vain et pas inutile. Il nous oblige à nous questionner sur ces sujets, à nous bousculer dans nos schémas de pensée. C’est la force de cette série: il n’y a aucun tabou. Vous ne sortirez pas de son visionnage indemne, sans vous poser mille questions sur vous mêmes, sur la psychologie, sur la société et sur le monde dans lequel on vit. Mais malgré cela, finalement, la série est remplie d’optimisme, de résilience, d’amour et d’amitiés si fortes qu’elles tiennent bon dans le hauts et les bas du chemin parcouru par Arabella.

L’ensemble du casting est absolument merveilleux (ils viennent d’ailleurs de gagner le prix du meilleur ensemble pour une nouvelle série aux Spirit Awards qui récompensent les productions indépendantes) et la photographie et l’esthétique de la série sont magnifiques. Et puis Michaela Coel est hypnotique. Elle est la révélation que toutes les critiques que j’ai lues avant de visionner I May Destroy You m’avaient promis qu’elle serait.

It’s a sin – HBO

Cette mini-série est une merveille. Tout simplement.

I May Destroy You et It’s a Sin prouvent que le Royaume-Uni est bourré de jeunes acteurs géniaux et qu’il y a outre Manche un futur radieux pour la fiction audiovisuelle. Honnêtement. Je suis époustouflée par la beaute de It’s a sin.

Cette mini-série dépeint la vie d’un groupe de jeunes hommes homosexuels et de leurs amis a Londres au cours d’une décennie allant de 1981 a 1991, pendant la crise et l’épidémie de VIH au Royaume Uni.

Au cours de ses cinq episodes (seulement), on voit Ritchie, un acteur en herbe venant de l’Ile de Wight et dont les parents ne savent rien de son homosexualité, Roscoe, qui fuit le domicile parental lorsque son père le menace de l’envoyer au Nigeria, le pays dont sa famille est originaire, et enfin Colin, un timide jeune homme qui quitte le Pays de Galles pour travailler chez un tailleur londonien. Ils emménagent tous dans une grande colocation au coeur de Londres avec Jill et Ash, au sein de laquelle ils peuvent être complètement eux-memes et explorer leurs amitiés et leurs relations.

Omari Douglas (Roscoe), Nathaniel Curtis (Ash), Olly Alexander (Ritchie), Callum Scott Howells (Colin) et Lydia West (Jill) – Source: deadline.com

Au début de la série, la menace du VIH et du SIDA – qui sont à ce moment la connus comme une forme rare et nouvelle de cancer – semble encore lointaine. Tout au long de la décennie, la série montre cette menace devenir de plus en plus réelle et proche de ce groupe d’amis. D’un point de vue actuel, en 2021, c’est tellement rageant de voir la méconnaissance autour du SIDA et de voir la violence et les préjugés envers la communaute gay être exacerbés par cette maladie dont elle est pourtant déjà la première victime.

Ce que j’ai le plus aimé dans cette série est la description faite des amitiés et de cette vie en communauté. Leur rituel de chanter un « Laaaaa » pour se saluer entre eux par exemple et le soutien infaillible qu’ils s’apportent les uns les autres. Chaque histoire, chaque personnage est magnifiquement écrit et magnifiquement joué.

L’ensemble du casting est vraiment merveilleux, et les guest stars, de Neil Patrick Harris à Stephen Fry sont aussi parfaits. Mais je dois bien admettre que Olly Alexander, qui joue Ritchie, et Lydia West, qui joue Jill, sont, pour moi, les révélations de cette série.

Une des dernières scènes de la série, dont je ne peux pas dire grand chose, entre Jill et la mère de Ritchie – jouée par Keeley Hawes vue dans Bodyguard – m’a donné des frissons et m’a fait pleurer tellement j’ai été choquée. Les deux actrices sont parfaites.

Cette série est a voir absolument pour tellement de raisons. Je la recommande vivement. Mais vraiment.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s