Latest movies – First three months of 2021

Being depraved of movie theaters for so long, I, at first, thought that I would make the best of the 2020’s stay-at-home orders to watch a lot of movies at home but it did not happen. I feel like my motivation suffered from this whole climate around the movie industry, be it in France or in the US.

But, call this a new year resolution if you must, I decided to make the most of 2021 and try and catch up with my « to-watch-list » (that lists now more than 200 movies, I am afraid to say).

So here are the latest movies I saw, in the comfort of my couch (sigh).

Our friend

I’ll admit I was drawn to this movie especially because of the cast. I loved and really discovered Dakota Johnson in Peanut Butter Falcon, far from all the fuss around Fifty Shades of Grey, her performance in « PBF » was really touching, Casey Affleck blew me away in Manchester by the sea, and honestly who is not a fan of Jason Segel, who is capable of both great comedy and also really touching and emotional moments.

Casey Affleck, Jason Segel and Dakota Johnson in Our Friend
Source: comingsoon.net

I was more skeptical about the « based on a true story » aspect of the movie to be honest, especially given the topic around end of life and illness. I was scared it was just gonna be a teary, please-cry-on-command movie. And I am not going to lie I did cry, but I also laughed a lot. The character played by Jason Segel suits him so very well, even though he plays a real-life person, it feels like this role was written for him.

The movie is about a couple, Nicole and Matt (Dakota Johnson and Casey Affleck) living in the South with their two daughters when they learn that Nicole has terminal cancer. That is when their long time friend Dane (Jason Segel) moves in with them, putting his own life aside, to help them navigate this time and take care of their daughters.

It is a movie about love, friendships, sacrifices and yes grief. The acting and the cinematography are just beautiful, and Jason Segel has never been better.

Never, Rarely, Sometimes, Always

Sidney Flanigan on the movie’s poster
Source: https://davefilmblog.com

This movie is really special, there is almost a documentary feel to it. In this movie, we follow Autumn (Sidney Flanigan) a teenager from Pennsylvania and her cousin and support Skylar (Talia Ryder), while they try to find a place for Autumn to get the abortion she needs. They end up in New York City.

As we follow the different hurdles she has to go through to access a clinic where people would treat her without judgement and without involving her family, writer and director Eliza Hittman films her main character really closely which allows us to capture the immense talent of Sidney Flanigan, amazing in all her quietness. Never did I feel like the message of the film was being forced on me, or like moments were over-perfomed. It is just a really honest and raw movie showing the difficult process of exercising their right to choose for so many women.

Nomadland

I started seeing some buzz around this movie when it was presented in the Venice film festival last September. Frances McDormand is an actress I really loved in Burn After Reading and Three Billboards Outside Ebbing, Missouri so my interest in the movie just kept growing and growing. Finally a few weeks ago it became available to stream here in the US.

This Oscar nominated movie from Golden Globe winner writer/director Chloe Zhao follows modern time nomads throughout the American West. Here we follow Fern, working several seasonal jobs (Amazon during the holidays, or working at a campsite in South Dakota during the summer) and living out of her van. During her travels, she meets different people, some she meets several times and gets close to. We learn bits and pieces of their backstories, in a really subtle and sensitive way and follow Fern for a whole year.

Frances McDormand in Nomadland
Source: newyorker.com

There is a reality in this movie that makes it feel like a documentary for the most part. This reality sense that we have is due to Chloe Zhao’s approach to the film. Most of the supporting cast are real-life nomads, and Frances McDormand actually worked some of the jobs Fern is working at in the film. Additionnally, even though Fern’s character is fictional, she is a mix of several real life nomads.

Living in California, I travelled through some of the places showed in the movie, so I think this added to my feeling the truth of this movie.

And to add to all of this the music by Ludovico Einaudi that accompanies some wonderful on-the-road shots brings the right feeling of nostalgia and optimism to the movie.

It is just one of the most subtle, realistic and yet poetic movies I saw recently. It deserves all the accolades it is getting.

Judas and the Black Messiah

This movie will forever be linked to my first ever drive-in experience, so there’s that to begin with ! This also kind of affects my experience watching the movie unfortunately (a ridiculous issue with my car radio that would just stop working if my engine was off…) so it was difficult to follow the movie in prime conditions but I still wanted to write about it because it is a very good movie, I can tell as much.

Poster for the movie
Source: gettysburgian.com/

This movie stars Lakeith Stanfield as William O’Neal, an FBI informant who infiltrated the Black Panther Party in Illinois in the late 60s. This branch of the party is led by Chairman Fred Hampton (Daniel Kaluuya). This is based on true events.

We follow the events, the violence, between police and the FBI and the Black Panthers, and we see the personal aspects of this tension and violence. The movie focuses on O’Neal’s dilemma and the impact of the Black Panthers’ fight on their personal lives.

The strength of the movie resides in the interpretation of the 2 main actors, Lakeith Stanfield and Daniel Kaluuya (the latest having just won a Golden Globe for this role). They inhabit their character so powerfully. The tension also builds up during the whole movie leading to a dramatic end. As a French person, there is still so much I do not know about American History so I felt like this movie was an important one for me to learn about real events I had never heard of.

And also, and it is important that this is mentioned, the movie just made History by becoming the first ever Best Picture nominee at the Oscars to be produced by a Black producers only team.

Ammonite

To say I was waiting for this movie with great expectation is an understatement. A movie with both Kate Winslet and Saoirse Ronan is bond to be a masterpiece of beautiful and subtle acting.

Ammonite is set in the 19th century in coastal England, where Mary Anning (Kate Winslet) is a fossil hunter providing for both her mom and herself by selling fossils and shells she finds on the coast. One day an aspiring fossil hunter comes to her shop with his convalescing wife Charlotte (Saoirse Ronan) and a few days later ask Mary to take his wife on one of her fossil searching expedition to have her exercise a bit while he is away. When Charlotte gets ill she is welcome at Mary and her mother’s home and an attraction and romance starts to develop between Mary and her.

Kate Winslet and Saoirse Ronan in Ammonite
Source: variety.com

The thing I love in this movie so much is the subtlety with which both Kate Winslet and Saoirse Ronan act. Everything is conveyed in their eyes and the way they look at each other. And there is something really raw in Kate Winslet’s acting that is just, well, to be expected from her, but still so beautiful to watch.

The Mauritanian

Jodie Foster, Tahar Rahim and Shailen Woodley in The Mauritanian
Source: trueviewreviews.com

Not too be too much of a proud French person but this movie starring one of our little Frenchie actor – and Golden Globe and BAFTA nominee – Tahar Rahim was a must see for me, almost just because of the fact that he was starring in it.

The movie is the adaptation of the book Guantanamo Diaries, written by an ex Guantanamo prisoner, Mohamedou Ould Salahi. Tahar Rahim portrays Salahi and his story is told through his letters sent to his lawyers (the – both – brilliant Shailene Woodley and Jodie Foster – who won a Golden Globe for her role as Nancy Hollander). The flash back of his arrest, his arrival in Guantanamo, the questionings and acts of torture he was subjected to are all showed in a different image format than the rest of the film, like old slides so the narrative is always really clear to the viewer.

The format and tone of the movie are not revolutionary nor even surprising but Tahar Rahim’s performance is worth every minute. And I, personnally, do not always need for a movie to have a particular tone or style to it, as long as I feel like I learnt something or felt something. So having a movie depicting something we know so little about, like what has been happening in the aftermath of 9/11, feels – to me – like it is just a good opportunity to start discussions and learn.

Pieces of a woman

I discovered Vanessa Kirby in The Crown and really loved her performance in this series. I binge watched The Crown 4 seasons quite recently so I only recently started to follow Vanessa Kirby’s work, right when Pieces of a Woman was released, just before this movie made Vanessa Kirby a Golden Globe and Oscar nominee.

A little trigger warning before you continue reading about this movie: Pieces of a woman is a movie about perinatal grief. So feel free to skip to the next movie if you are not in a good state of mind to read about this.

The movie starts with a 25minute single shot scene showing Martha’s at home labor and delivery of her and Sean’s baby. This scene is a masterpiece and a breathtaking performance from Vanessa Kirby (who plays Martha). As you watch, you are in apnea, and you feel everything she goes through, supported by her partner (played by Shia Labeouf), from pure joy and excitement to total fear.

Shia Labeouf and Vanessa Kirby in Pieces of a Woman
Source: rottentomatoes.com

After the loss of their child, Martha’s grief is present in every aspect of her life, as could be expected. We see her struggle within her relationship with Sean and his own grief as well, we see her struggle with socializing, with her relationship with her overbearing mother (Ellen Burstyn). And we also follow her path in overcoming her grief.

This movie is really strong emotionally speaking, very subtly filmed and home to beautiful scenes and wonderful and powerful performances. It hits right in the guts in all the best possible ways.

Matthias & Maxime

I have been waiting for a while to see the latest Xavier Dolan’s movie. It finally was available here in the US through the « Week of French language cinema » event organized online by the Theatre Raymond Kabbaz (a French theater based in LA) so I bought my ticket without any hesitation.

It is a story of a group of friends and of two best friends in particular, Maxime and Matthias. One day, to help out one of their friends’ sister they agree to act in her short movie (she studies movies), not knowing it involves kissing each other.

That kiss, which happened just a few weeks before Max plans to leave Quebec for Australia, changes the whole friendship dynamic, both Matthias and Maxime have trouble understanding what is happening to them and what that kiss meant. Matt especially shuts down and avoids Maxime. All around them their friends and family do not get what is happening even when they are able to sense something is different.

Xavier Dolan (who plays Maxime) and Gabriel D’Almeida Freitas (who plays Matthias) are perfect. The group of friends dynamic is on point (the scene in the car where they sing together a song by French singer Amir is just perfect) and the awkwardness that is growing between Matthias and Maxime is really well described. There is a real honesty to that tale that is both refreshing and at times heartbreaking.

Xavier Dolan in Matthias & Maxime
Source: vogue.fr

I have to admit I have not watched the whole Dolan’s filmography but I did watch Just the end of the world and I found in Matthias & Maxime some similar topics: the unspoken, the mix of hurt and love. Another thing these two movies have in common is the music. Dolan chose music that always fit perfectly the sentiment of a scene and that is always beautiful.


Ayant été privée de cinéma depuis si longtemps maintenant, je pensais, au départ, profiter de ce temps confinée pour regarder plein de films, mais ce n’est clairement pas ce qu’il s’est passé. J’ai l’impression que ma motivation à me poser devant un film a clairement été atteinte par le climat actuel autour de l’industrie du cinéma (et de la culture en général) que ce soit en France ou aux Etats-Unis.

Alors, appelez ca des résolutions de début d’année si vous voulez, mais j’ai décidé de profiter de 2021 pour essayer de rattraper mon retard et enfin regarder les films de ma liste de films à voir (qui compte maintenant plus de 200 titres je crois bien – Help!).

Voici donc une petite liste des derniers films que j’ai vus, dans mon salon.

Our friend

Je dois bien avouer que j’ai été particulièrement attirée par le casting de ce film. J’ai vraiment découvert et beaucoup aimé Dakota Johnson dans Peanut Butter Falcon, rôle très éloigné du rôle pour lequel elle a été connue mondialement dans Cinquante Nuances de Grey. Sa performance dans Peanut Butter Falcon était très touchante. Quant à Casey Affleck, il m’avait juste soufflée dans Manchester by the Sea, et enfin, honnêtement, qui n’aime pas Jason Segel tant il est capable d’être très drôle et très touchant à la fois ?

Casey Affleck et Jason Segel dans Our Friend
Source: https://abcnews.go.com

J’étais un peu plus sceptique à propos de l’aspect « basé sur des faits réels », surtout étant donné le sujet du film qui traite de fin de vie et de cancer. J’avais peur que ce soit le genre de film larmoyant qui tire sur la corde pour nous faire pleurer sur demande. Et je ne vais pas mentir, j’ai pleuré, mais j’ai aussi beaucoup ri ! Le personnage de Jason Segel lui va comme un gant, et même si il joue une vraie personne, on a l’impression que le rôle a été écrit pour lui.

Le film parle d’un couple, Nicole et Matt (Dakota Johnson et Casey Affleck), qui vit dans le sud des Etats Unis avec leurs deux filles, quand ils apprennent que Nicole est en phase terminale d’un cancer. C’est à ce moment là que leur ami de longue date Dane (Jason Segel) s’installe chez eux, mettant sa vie entre parenthèses, pour les aider à traverser cette periode et s’occuper de leurs filles.

C’est un film qui parle d’amour, d’amitiés, de sacrifices et de deuil. Les performances des acteurs et la photographie sont juste magnifiques et Jason Segel n’a jamais autant brillé.

Never, Rarely, Sometimes, Always

Ce film est vraiment particulier, il a presque un format documentaire. Dans ce film, on suit Autumn (Sidney Flanigan), une adolescente de Pennsylvanie, et sa cousine et soutien Skylar (Talia Ryder), alors qu’elles cherchent un endroit pour que Autumn puisse avoir accès à l’avortement dont elle a besoin. Cela les mène à New York City.

Sidney Flanigan et Talia Ryder dans Never, Rarely, Sometimes, Always
Source: theguardian.com

Alors que l’on est témoin des différents obstacles qu’Autumn rencontre avant de trouver une clinique qui la traite sans jugement et sans demander une signature de ses parents, la scénariste et réalisatrice Eliza Hittman filme son héroïne de près ce qui lui permet de révéler l’immense talent de Sidney Flanningan, phénoménale dans les silences. Je n’ai jamais eu l’impression que le message du film était forcé ou – comme c’est parfois le cas dans certains films sur des sujets de société – que le film était surjoué. Ce film est juste un film cru, et vraiment honnête montrant la réalite des difficultés rencontrées par beaucoup de femmes dans l’accès à l’avortement. Sans aucun jugement sur le sujet.

Nomadland

J’ai commencé à voir un peu de « buzz » autour de ce film il y a quelques mois quand il a été présenté au Festival du Film de Venise. Frances McDormand est une actrice que j’ai beaucoup aimé dans Burn After Reading et Three Billboards, ce qui n’a fait qu’augmenter mon intérêt pour Nomadland. Finalement, il y a quelques semaines le film a été mis en ligne sur des plateformes de streaming ici aux Etats Unis.

Ce film, nommé aux Oscars, de la gagnante du Golden Globe de la meilleure réalisation (et également nommée aux Oscars) Chloe Zhao, suit des nomades modernes à travers l’Ouest Américain. On suit plus particulièrement Fern, qui enchaine les travaux saisonniers(Amazon pendant les fêtes, ou encore un travail a un camping dans le Dakota du Sud pendant l’été) et qui vit dans son van. Au cours de ses voyages, elle rencontre différentes personnes qui ont le même mode de vie qu’elle. Elle rencontre certains de ces nomades plusieurs fois, se lie d’amitié avec eux. On découvre des petits bouts de l’histoire de ces protagonistes, d’une manière discrète et sensible, au cours de cette année que l’on passe en compagnie de Fern.

Frances McDormand dans Nomadland
Source: deadline.com

Il y a un sens de la réalité dans ce film qui le fait – très souvent – se rapprocher du documentaire. Cette sensation de réel est lié à l’approche de Chloe Zhao sur le tournage de son film. La plupart des seconds rôles, en particulier les nomades, jouent leur propre rôle, et Frances McDormand a vraiment travaillé à différents endroits où Fern travaille dans le film. Enfin, le personnage de Fern, bien que fictif, s’inspire de plusieurs personnes bien réelles.

Vivant en Californie, j’ai voyagé à travers certains des lieux dépeints dans le film et je crois bien que cela a encore accentué le sentiment de vérité que j’avais en regardant ce film.

Et enfin, comme si il était vraiment nécessaire de rajouter quelque chose, la musique de Ludovico Einaudi qui accompagne des plans de « road trip » apporte ce qu’il faut d’émotions, de nostalgie et d’optimisme au film.

C’est un des films les plus subtiles, réalistes et pourtant poétiques que j’ai vus récemment. Il mérite tous les honneurs qu’il reçoit.

Judas and the Black Messiah

Daniel Kaluuya et Lakeith Stanfield dans Judas and the Black Messiah
Source: indiewire.com

Ce film sera pour toujours lié à ma première expérience au Drive-In ! Cela a aussi, malheureusement, impacté mon expérience de visionnage (une sombre histoire d’autoradio qui s’éteignait systematiquement quand j’avais le moteur coupé), je n’ai donc pas pu suivre le début du film correctement, mais je voulais quand même vous en parler ici, car malgré mon visionnage un peu particulier je peux quand même dire que c’est un très bon film.

Dans ce film, Lakeith Stanfield joue William O’Neal, un informateur du FBI qui a infiltré le parti Black Panther de l’Illinois à la fin des années 60. Cette branche du parti était dirigée par son « Chairman » Fred Hampton (joué par Daniel Kaluuya). Le film est basé sur des faits réels.

Durant le film on suit différents évènements, rallyes politiques, confrontations violentes entre la police, le FBI et les Black Panthers. Le film se concentre sur le dilemne d’O’Neal et sur l’impact du combat des Black Panthers sur leurs vies personnelles.

La force de ce film réside vraiment dans la peformance de ses deux acteurs principaux, Lakeith Stanfield et Daniel Kaluuya (ce dernier venant d’ailleurs de gagner un Golden Globes pour ce rôle). Ils incarnent leurs rôles avec tellement de force. La tension ne cesse d’aller crescendo tout au long du film jusqu’aux évènements tragiques de la fin. En tant que Française, il y a beaucoup de choses que j’ignore de l’Histoire américaine, j’ai donc trouvé que personnellement ce film était important à voir.

D’autre part, et c’est important de le noter, ce film vient d’entrer dans l’histoire du cinéma américain : c’est le premier film nommé à l’Oscar du Meilleur Film produit par une équipe entièrement constituée de producteurs Afro-Américains.

Ammonite

Dire que j’attendais ce film avec impatience est un euphémisme. Un film avec à la fois Kate Winslet et Saoirse Ronan est voué à être un chef d’oeuvre, beau et avec une qualité de jeu exceptionnelle.

Kate Winslet et Saoirse Ronan dans Ammonite
Source: screendaily.com

L’action d’Ammonite se déroule au 19ème siècle sur la côte anglaise, où Mary Anning (Kate Winslet) est une chasseuse de fossiles qui subvient aux besoins de sa mère et d’elle-même en vendant des fossiles et des coquillages qu’elle a découverts. Un jour un jeune homme qui se rêve chasseur de fossiles également vient dans son magasin avec sa femme Charlotte (Saoirse Ronan), convalescente. Quelques jours plus tard, il demande a Mary d’emmener sa femme lors d’une de ses expéditions sur la plage à la recherche de fossiles, dans l’espoir de lui faire faire un peu d’exercice pendant que lui sera absent. Quand Charlotte tombe malade elle est recueillie par Mary et sa mère. Se développe alors une attirance entre Mary et Charlotte.

Ce que j’ai vraiment aimé dans ce film est la nuance et la subtilité du jeu de Kate Winslet et Saoirse Ronan. Tout se passe dans les regards entre les deux personnages. Et il ya quelque chose de vraiment naturel et pur dans le jeu de Kate Winslet ce qui est plutôt attendu de sa part mais toujours magique à regarder.

Désigné Coupable

Tahar Rahim dans Désigné coupable
Source: seuilcritiques.com

Je ne vais pas la jouer chauvine mais, le simple fait d’avoir un « Frenchie » dans ce film américain – Tahar Rahim, nommé aux Golden Globes et aux BAFTA – était déjà une raison en soi pour me donner envie de voir ce film.

Ce film est l’adaptation du livre Guantanamo diaries, écrit par un ex prisonnier de Guantanamo, Mohamedou Ould Salahi. Tahar Rahim joue le rôle de Salahi et son histoire est racontée par le biais des lettres qu’il écrit à ses avocates (les brillantes Shailene Woodley et Jodie Foster – qui a gagné un Golden Globes pour ce rôle). Le flash-back de l’arrestation de Salahi, son arrivée à Guantanamo, les interrogatoires et actes de tortures qu’il a subis sont montrés dans un format d’image différent du reste du film, comme des vieilles diapos, pour séparer le passé du présent.

Le format et le ton du film ne sont pas révolutionnaires ou surprenants, mais la performance de Tahar Rahim vaut le détour et le visionnage. Et personnellement, je n’ai pas toujours besoin qu’un film ait un ton ou un style particulier pour l’apprécier tant que j’ai l’impression d’avoir appris quelque chose ou d’avoir ressenti des émotions. Voir un film comme celui ci, montrant des évènements dont on ne parle pas suffisamment, comme le contrecoup du 11 septembre et l’impact du 11 septembre sur les entorses aux droits humains, me semble tout simplement être une bonne opportunité pour au moins lancer une discussion sur le sujet et commencer à s’informer.

Pieces of a woman

J’ai découvert Vanessa Kirby dans The Crown et j’ai vraiment adoré sa performance dans la série. Comme je n’ai que très récemment « bingewatché » la série ce n’est donc que très récemment également que j’ai commencé à m’intéresser au travail de Vanessa Kirby, juste à temps pour entendre parler de Pieces of a Woman, juste avant que ce film ne fasse de Vanessa Kirby une nommée au Golden Globe et à l’Oscar de la meilleure actrice.

Juste un petit avertissement, ce film traitant du deuil périnatal, si vous n’êtes pas dans de bonnes conditions pour lire sur le sujet, vous pouvez passer au prochain film.

Le film démarre par un plan séquence de 25 minutes montrant le travail et l’accouchement à domicile de Martha. Cette scène est une véritable oeuvre d’art et une démonstration de la part de Vanessa kirby (qui joue Martha). Quand on la regarde, on est en apnée et on ressent tout ce qu’elle traverse, avec le soutien de son conjont, Sean (joué par Shia Labeouf), de la joie pure et l’excitation à la frayeur et à la peur.

Shia Labeouf et Vanessa Kirby dans Pieces of a Woman
Source: indiewire.com

Après le décès de son bébé, le deuil de Martha est, naturellement, omniprésent. On la voit se battre dans sa relation avec Sean, qui doit lui aussi gérer son propre deuil, on suit également l’impact de son deuil sur sa relation avec sa mère (Ellen Burstyn), sur sa sociabilité en général. Et on suit également son avancée et son chemin de deuil jusqu’à ce qu’elle parvienne à le surmonter.

Ce film est vraiment puissant emotionnellement, il est filmé subtilement et contient des scènes absolument magnifiques et des performances hallucinantes de la part de ses acteurs. Il frappe juste.

Matthias & Maxime

J’attendais de voir le dernier film de Xavier Dolan depuis un moment. Enfin, cette dernière semaine le Théâtre Raymond Kabbaz – théâtre francophone de Los Angeles – a organisé un festival en ligne, une semaine de films Francophones dont la programmation incluait Matthias & Maxime. J’ai donc acheté mon ticket sans hésiter pour cette séance virtuelle.

C’est l’histoire d’un groupe d’amis, et parmi eux 2 amis d’enfance, Maxime et Matthias. Un jour, pour aider la soeur d’un de leurs copains ils acceptent de jouer dans son film (elle est étudiante en cinéma), ne sachant pas que la scène qu’ils doivent jouer impliquent qu’ils échangent un baiser.

Ce baiser, qui intervient seulement quelques semaines avant que Max ne quitte le Québec pour l’Australie, modifie toute la dynamique de leur amitié, car Matthias et Maxime ont tous les deux du mal à comprendre ce qui leur arrive et ce que ce baiser induit chez eux et dans leur relation. Matthias plus particulierement se renferme et évite Maxime au maximum. Tout autour d’eux leurs amis et leurs proches ne se rendent pas compte de ce qu’il se passe, même si ils peuvent remarquer ou ressentir qu’il se passe quelque chose.

Gabriel D’Almeida Freitas et Xavier Dolan dans Matthias & Maxime
Source: theguardian.com

Xavier Dolan (qui joue Maxime) et Gabriel D’Almeida Freitas (qui joue Matthias) sont parfaits. La dynamique du groupe d’amis est aussi superbement bien rendue (la scène où ils chantent du Amir dans la voiture est parfaite ! ) et la gêne qui s’installe entre Maxime et Matthias est parfaitement dépeinte. Il y a une vraie honnêteté dans ce film qui est rafraichissante tout en nous brisant le coeur par moment aussi.

Je dois admettre que je n’ai pas encore vu toute la filmographie de Dolan, je crois n’avoir vu que Juste la fin du Monde et Matthias & Maxime maintenant, mais j’ai déjà vu des thèmes similaires dans ces deux films: les non-dits, le mélange d’amour, de blessures et d’incompréhensions. Mais une autre chose que ces films ont en commun est la musique. Dans les deux films j’adhère totalement aux choix de musique faits par Xavier Dolan. Les musiques qu’il choisit accompagnent toujours merveilleusement les émotions du film.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s