35th Santa Barbara International Film Festival

For some of you, you have already heard a lot about this festival so I apologize in advance for talking about it once again ! 

I moved to Santa Barbara in February 2019 just after the latest SBIFF (Santa Barbara International Film Festival…) so this year it was my first occasion to attend. As a movie buff, having such a festival in the town I live in is just the best : plenty of movies, meeting a lot of people who also love movies, some celebrities around… Perfect ! 

SBIFF showcases a lot of indie films from all over the world, and also have tributes and panels where you can see honorees like Adam Driver, Laura Dern, Taron Egerton, George Mackay, Taylor Russel, Lupita Nyong’o, Brad Pitt and Parasite’s director Bong Joon Ho. 

All these events are spread out between 4 theaters in downtown Santa Barbara.

I chose to volunteer my time for film screenings at one of these theaters, the Metro 4, which is completely dedicated to the festival during the 10 days it lasts. I chose to get all my shifts at this theater (you can actually book your shifts online selected the time, place and type of event) because one of the “Venue managers” there is one of my colleagues ! 

I had so much fun during my 8 shifts there, answering SBIFF patrons’ questions, guiding people, hanging out in downtown Santa Barbara, really feeling the vibe of this not-so-big community where a lot of people know one another. It was awesome, as it has been almost a year since I moved to Santa Barbara to still be able to discover a new aspect of it, and an aspect I was kind of missing without knowing it. 

Then it was also a good opportunity to fangirl and get an autograph and a few pictures of some of my favorite actors (Taron, one day you will read my articles and probably be scared of me forever… ). It was always a fun thing and such an “out of this world” experience for me. We were literally standing 2 meters from BRAD PITT ! Anyway, still cannot believe it. 

I went to the Outstanding Director(s) of the Year Award held at the Arlington. I took my tickets hoping to have a panel of Directors including Sam Mendes present, but for the 4th time only since the creation of the Festival it was a solo award and the director honored this year was Bong Joon Ho, Parasite’s director. I have to admit I have not seen any of his movies (I planned to go see Parasite but still have not) so I did not really know what to expect, but still ended up going. It was a very interesting evening and I am really glad I went, Bong Joon Ho is very entertaining and it was nice to discover and get curious about his films.

Last but not least, I managed to go see some movies during the festival. So here are their descriptions directly taken from the festival program and then my take on them !

A bump along the way
95 mins – UK – directed by Shelly Love – with Bronagh Gallagher, Lola Petticrew & Mary Moulds “This funny and moving film tells of a boozy, 44-year-old single mother who becomes pregnant after a one-night stand. It’s the story of mothers, daughters, and the coming of (middle) age.” (From SBIFF program)
I personally really liked this movie, it is a light, funny and touching film and you come out of the theater feeling really good which is something ! This movie was the Opening night film, that I had the chance, with the staff and other volunteers, to be able to see the night before as a preview. I liked that this movie is a movie about women that is written and directed by women ! It has a very refreshing tone and I really like the mother-daughter relationship and both actresses are really good. 

Black Conflux
100mins – Canada – Directed by Nicole Dorsey – with Ella Ballentine, Ryan McDonald, Olivia Scriven, Luke Bilyk, Sofia Banzhaf “In 1980s Newfoundland, the lives of an anxious, disillusioned teen girl and a troubled, alienated man converge in this haunting exploration of womanhood, isolation, and toxic masculinity.” (from SBIFF program)
This movie left me quite puzzled and I really appreciated that there was a Q&A afterwards to better understand what the director wanted to show and express. In this movie, we follow 2 characters whose storylines are completely distinct till the very end of the movie, building up to that moment which adds up to the anxiety-building atmosphere of this 35ish lead mal character role who is troubled and socially “awkward” (awkward is an understatement, I did not managed to translate precisely my thoughts I apologize) especially when it comes to (young) women. Opposite, we follow a young teenage girl, who as every teenager is looking to find herself and is testing the boundaries of what is possible. The ending of the movie, without revealing anything left me with a lot of questions. The Q&A answered most of them but I cannot reveal too much ^^

Hope Gap
100mins – UK – Directed by William Nicholson – with Annette Bening, Bill Nighy & Josh  O’Connor “Featuring brilliant performances from Bill Nighy and four-time Oscar nominee Annette Bening, this exquisite drama will resonate with anyone who has ever navigated the choppy waters of long-term love.Grace and Edward have been together for 33 years. To celebrate the occasion, they’ve invited their London-based son Jamie to visit them, where the picturesque cliffs of Hope Gap look out onto the open sea. Communication between the couple is at a nadir, however, with Grace nagging Edward about his lack of enthusiasm and Edward, who has long felt inadequate in his marriage, responding by turning inward — and harbouring secrets. Edward is leaving Grace for another woman, a decision that will result in ongoing turmoil for everyone involved.” (from SBIFF.org)
This movie set in the South of England, near the Channel and the iconic white cliffs is about the end of a marriage. It is about growing apart, it is about resilience in the face of losing something we were not supposed to live without, it is about grief and it is about family and how to function when you are a kid in the middle of a broken marriage, even if you are a young adult already. 
This slow pace movie offers a very tender view on all of these subjects, it showcases beautiful landscapes and wonderful acting by Annette Bening, Bill Nighy and Josh O’Connor.

Papicha
108 mins – Algeria, France, Belgium, Qatar – Directed by Mounia Meddour – With Lyna Khoudri, Shirine Boutella, Amira Hilda Douaouda, Nadia Kaci
“Algeria, 1990s. Nedjma, an 18-year-old student passionate about fashion design, refuses to let the tragic events of the Algerian Civil War prevent her from experiencing a normal life and going out at night with her friend Wassila. As the social climate becomes more conservative, she rejects the new bans set by the radicals and decides to fight for her freedom and independence by putting on a fashion show.” (From SBIFF.org)
This must be the film I was the most enthusiastic about, I waited for so long to see it (it was released in France a few months ago so I had heard a lot about it since the Cannes Festival). This movie, another one during SBIFF that was directed by a woman and is about women, is just amazing. At first it can look like a breeze of fresh air in an otherwise very tense atmosphere of integrist islam gaining power in Algeria. The young women we follow in this movie are free, like to have fun and want to keep their way of life and their occupation despite the changes occurring in the society they live in. Two moments in the movie got to me both emotionally and physically. I never had such a physical reaction to something in a theater. I shook every member and my whole body shivered. This movie’s powerful story is more than matched by its main actresses’ performances. Lyna Khoudry is a star. Her eyes convey so much it is mesmerizing. 

She’s in Portland
100mins – USA – Directed by Marc Carlini – with Tommy Dewey, François Arnaud, Minka Kelly
“Two old college friends, now in their thirties, admire each other’s lives and feel trapped in their own. Wes, tied to his demanding corporate career and his responsibilities to his growing family, extends a work trip to drag his dispirited artist friend Luke up the California coast to find Luke’s “one that got away.” As they travel from Los Angeles to Portland, the journey takes a deeper look into life choices, acceptance, and commitment.” (From SBIFF.org)
This movie, shot in parts in Santa Barbara was definitely a crowd pleaser. Its fun and light plot revealed a real reflection on what it means to grow up, to have responsibility towards others but what you need to do to still be true to yourself. This road trip movie set along the Pacific Coast Highway is filled with nostalgia and fun at the same time. We had such a good time. To tell you the whole story, I hesitated going to see it but as I was having lunch with a friend Downtown the day of the last screening of this movie, Marc Carlini was having lunch at the table next to us and starting advertising his movie. It got us curious and we went and were not disappointed, the Q&A with Marc Carlini, Tommy Dewey and one of the producers after the movie added to the fun ! 


Pour certains, vous avez déjà beaucoup entendu parler de ce festival alors toutes mes excuses car je vais en parler une nouvelle fois ! 

Je suis arrivée à Santa Barbara en Février 2019 juste après le dernier SBIFF (le Festival du Film International de Santa Barbara)  donc cette année était ma première occasion d’en profiter. En tant que cinéphile, avoir un tel festival dans la ville où j’habite est juste génial: plein de films, plein de rencontres d’autres cinéphiles, des célébrités dans les environs… juste parfait ! 

SBIFF est la vitrine de beaucoup de films indépendants venant du monde entier et le festival présente également des soirées de remises de prix avec à l’honneur des célébrités comme Adam Driver, Laura Dern, Taron Egerton, George Mackay, Taylor Russel, Lupita Nyong’o, Brad Pitt et le réalisateur de Parasite Bong Joon Ho. 

Tous ces événements sont répartis entre 4 cinémas en centre ville de Santa Barbara. J’ai choisi d’être bénévole pour le festival pour les projections de films à l’un de ces cinémas, le Metro 4, qui est entièrement dédié au festival durant les 10 jours. J’ai choisi de prendre toutes mes “shifts” (créneau de 3h durant lesquels j’étais bénévole) dans ce cinéma (on peut choisir en ligne de s’inscrire à différents créneaux pour différents types d’événements c’est vraiment bien fait) car l’un des Managers du SBIFF à ce cinéma est un de mes collègues ! 

Je me suis tellement amusée pendant mes 8 “shifts” au Metro 4, à répondre aux questions des mécènes, guider et renseigner les gens, passer un peu de temps en centre ville de Santa Barbara, et à vraiment ressentir cette atmosphère de petite ville où tout le monde se connaît. C’était vraiment génial, et après presque un an à Santa Barbara, une vraie chance de découvrir ce nouvel aspect de la vie ici qui mine de rien me manquait un peu ! 

Ce festival était également une super occasion de faire ma groupie et d’aller à la pêche aux photos et aux autographes avec certains de mes acteurs préférés (Taron, un jour tu liras mes articles et prendras surement peur pour toujours…) C’était tellement des bons moments, drôles et une expérience tellement “hors du commun” pour moi. On était littéralement à 2m de BRAD PITT ! Bref, je ne réalise toujours pas. 

Je suis également allée à la remise de prix pour le(s) Meilleur(s) Réalisateur(s) de l’année. J’avais pris mes billets en espérant assister à un panel de réalisateurs dont Sam Mendes, mais pour la seulement 4ème année depuis la création du festival cette année c’est un prix individuel qui a été décerné à Bong Joon Ho le réalisateur de Parasite. Je dois avouer que je n’avais vu aucun de ses films (je dois toujours aller voir Parasite que je n’ai pas pris le temps d’aller voir… peut être cette semaine ! ) donc je ne savais pas trop à quoi m’attendre, mais y suis allée quand même. C’était une soirée très intéressante finalement. Bong Joon Ho est super intéressant et amusant, et c’était plutôt sympathique de découvrir ses films à travers ses mots qui ont attisé ma curiosité. 

Et enfin, j’ai réussi, entre le travail et tout ce que je vous ai déjà listé, à aller voir 5 films pendant le festival. En voici les descriptions (piquées directement au programme officiel du festival) et mes impressions sur ces films ! 

A bump along the way
95 mins – Royaume-Uni – réalisé par Shelly Love – avec Bronagh Gallagher, Lola Petticrew & Mary Moulds “Ce drôle et émouvant film raconte l’histoire d’une mère célibataire alcoolique de 44 ans qui tombe enceinte après un coup d’un soir. C’est une histoire qui parle de mères, de filles et  du passage à l’âge adulte (même pour le personnage déjà adulte)” (Traduction du programme du SBIFF).
J’ai vraiment bien aimé ce film qui est léger, drôle et touchant et dont on sort en se sentant bien ce qui est toujours bon à prendre ! The film était le film d’ouverture du festival que j’ai eu la chance de voir avec le staff et les autres volontaires en avant-première la veille. J’ai aimé que ce film est un film sur les femmes écrit et réalisé par des femmes ! Il a un ton rafraîchissant et j’ai beaucoup aimé la relation mère fille décrite. Et puis les deux actrices étaient super ! 

Black Conflux
100mins – Canada – Réalisé par Nicole Dorsey – avec Ella Ballentine, Ryan McDonald, Olivia Scriven, Luke Bilyk, Sofia Banzhaf “Dans les années 1980 dans le Terre-Neuve, les vies d’une adolescente anxieuse et désenchantée et d’un homme décalé et perturbé convergent and cette envoutante exploration de la féminité, l’isolement et de la masculinité nocive.” (Traduit du programme du SBIFF)
Ce film m’a laissée un peu perplexe et j’ai vraiment apprécié la séance de questions-réponses avec la réalisatrice après le film qui m’a permis de mieux comprendre ce qu’elle avait voulu montrer et exprimer dans son film. Dans le film, on suit deux personnages dont les chemins sont complètement indépendants et distincts jusqu’à la toute fin du film, toute la construction du film menant vers ce moment, ce qui ajoute à l’ambiance anxiogène du film qui repose surtout sur ce personnage masculin, d’environ 35 ans, et qui est perturbé et socialement “inapte” surtout envers les (jeunes) femmes. A l’opposé on a  une jeune adolescente qui, comme tous les adolescents, se cherche et teste les limites de ce qu’il lui est possible. 
La fin du film, sans rien révéler de plus, m’a laissée pleine de questions auxquelles la session de questions-réponses à la fin ont pour répondu, mais je ne peux rien dire de plus ^^

Hope Gap
100mins – UK – Réalisé par William Nicholson – avec Annette Bening, Bill Nighy & Josh  O’Connor “ Avec des performances brillantes de Bill Nighy et d’Annette Bening, nommée 4 fois par le passé aux Oscars, cet excellent drame va résonner chez tous ceux qui ont déjà navigué dans les eaux agités de l’amour sur le long terme. Grace et Edward sont ensemble depuis 33 ans. Pour fêter cela, ils ont invité leur fils qui vit à Londres chez eux, ou les pittoresques falaises de Hope Gap surplombent la mer. La communication au sein du couple est au plus bas, Grace n’arretant pas de faire des réflexions à Edward sur son manque d’enthousiasme, et Edward ne s’étant pas senti à son aise dans son mariage depuis longtemps, répondant en se repliant sur lui même – et cachant des secrets. Edward va quitter Grace pour une autre femme, une décision qui va avoir pour conséquences de jeter toutes les personnes concernées dans la tourmente.” (traduit à partir de SBIFF.org)
Ce film qui se passe dans le sud de l’Angleterre, au bord de la Manche, avec ces emblématiques falaises blanches parle donc de la fin d’un mariage. Il parle de comment on s’éloigne, comment on peut faire preuve de résilience face à la perte de quelque chose dont on ne pensait pas pouvoir se passer. Il parle du deuil et de la famille et de la manière dont on vit en tant qu’enfant au milieu d’un couple brisé, même si l’on est déjà un jeune adulte. 
Ce film, au rythme lent, offre un point de vue tendre sur tous ces sujets et met en lumière des paysages somptueux et des merveilleuses performances de ses 3 acteurs principaux: Annette Bening, Bill Nighy et Josh O’Connor. 

Papicha 
108 mins – Algerie, France, Belgique, Quatar – Réalisé par Mounia Meddour – Avec Lyna Khoudri, Shirine Boutella, Amira Hilda Douaouda, Nadia Kaci
“Algerie, années 1990. Nedjma, une étudiante de 18 ans passionnée de mode, refuse de laisser les évènements tragiques de la guerre civile algérienne l’empêcher de vivre une vie normale et de sortir le soir avec son amie Wassila. Tandis que le climat social devient de plus en plus conservateur, elle rejette les  nouvelles interdictions mises en place par les radicaux et décide de se battre pour sa liberté et son indépendance en organisant un défilé de mode.” (Traduit à partir de SBIFF.org)
Ce film était sans aucun doute celui pour lequel j’étais la plus enthousiaste, j’ai tellement attendu pour le voir (il est sorti il y a plusieurs mois en France et ça faisait déjà un moment que j’en entendais parler depuis sa présentation au Festival de Cannes). 
Ce film, encore un sélectionné au SBIFF réalisé par une femme et qui parle de femmes, est génial. 
Au premier abord il semble apporté un vent de fraîcheur sur le récit d’une époque sous tension où l’intégrisme islamique gagne du pouvoir en Algérie. Les jeunes femmes que l’on suit dans le film sont libres, aiment s’amuser et veulent conserver leur mode de vie et leurs occupations malgré les changements de la société autour d’elles. Deux moments du film m’ont vraiment atteinte à la fois émotionnellement et physiquement. Je n’avais jamais eu une telle réaction physique dans un cinéma. J’ai agité bras et jambes et tout mon corps a été parcouru d’un frisson de fou. L’histoire puissante de ce film n’a d’égal que la puissance de la performance de ses actrices principales. Lyna Khoudry est une star. Son regard est fascinant d’émotions. 

She’s in Portland
100mins – USA – Réalisé par Marc Carlini – avec Tommy Dewey, François Arnaud, Minka Kelly
“Deux anciens amis d’université, maintenant dans la trentaine, admire la vie l’un de l’autre et se sente piégé dans leurs propres vies. Wes, lié à son exigeante carrière et ses responsabilités familiales, prolonge un voyage d’affaire pour trainer son ami Luke, artiste quelque peu démoralisé le long de la côte Californienne pour retrouver l’amour d’université de Luke. Pendant leur trajet de Los Angeles à Portland, le voyage leur fait réfléchir sur les choix de vie, l’acceptation et l’engagement.” (Traduit de SBIFF.org)
Ce film, tourné en partie à Santa Barbara a plu au public. Son histoire drôle et légère révèle une vraie réflexion sur ce que ça veut dire de grandir, d’avoir des responsabilités envers d’autres personnes, tout en restant fidèle à soi même. Ce “road trip movie” le long de la mythique Pacific Coast Highway est rempli de nostalgie et de fun en même temps. Nous avons passé un super moment. Pour tout vous raconter, j’ai hésité avant d’aller voir ce film mais j’ai fini par être convaincu au déjeuner le jour même de la dernière projection du film au festival car je déjeunais en ville et à la table d’à côté déjeunait le réalisateur, Marc Carlini, qui faisait de la pub pour son film. Ca a attisé un peu plus ma curiosité et j’y suis allée et n’ai pas été déçue. La séance de questions-réponses avec Marc Carlini, Tommy Dewey et l’un des producteurs  après le film n’a fait que rajouter encore un peu plus de fun ! 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s