Honey Boy, Waves, 1917

Latest movies update

I am so late, or rather I saw too many good movies these last few weeks and did not take the time to post in between. So here is a summary of reviews of the latest movies I saw and that touched me deeply.

I saw the trailer for Honey Boy countless times in the theater in the last past months and was so intrigued by it. Described like a cathartic movie for Shia Labeouf who wrote it and also stars in it, I knew it was some kind of autobiographical piece but did not realize how it would make me feel and how disturbing what he went through was. This is a story about abuse and love and how both can be mixed and how disturbing and how difficult it is to get out of a toxic relationship. Here it is between a father and his son, but it is relevant whatever the relationship.

Every actor in this movie is amazing, from Noah Jupe who portays the son, to Lucas Hedges who plays an older version of Noah Jupe’s character, to Shia Labeouf who plays the dad (who is ultimately portraying his own dad as Noah jupe and Lucas Hedges play his role). I have to say the viewing of this movie left me and my friend both speechless, disturbed and deeply moved. When you put it in perspective and realize it is really autobiographical, all of this is multiplied.

The next film I want to talk about is Waves. To be honest I was only slightly curious about this one at first and clearly went to see it in theater just because I had some time to spare. I thought I was in for a very slow, all touchy goody feeling movie. I had basically no idea what I was in for !

The movie is divided in 2. The first half of the movie is so fast paced that I really wondered if I was really watching the same movie as the one described in the trailer but I was hooked right from the opening sequence.

We follow the son of a middle-class African-American family who is a senior in High School, juggling between classes, sports and college applications. His father (Sterling K Brown) puts a lot of pressure and expectations on him and we see him struggling more and more as the movie advances.

After a dramatic turning point in that family’s story we start to follow his little sister. The 2nd half of the movie is, as this girl is, more contemplative and the rythm of the movie gets slower. The first half of the movie just caught me off guard and brought me at full speed into the story but the second half is the one that really moved me.

Taylor Russel (who plays the sister, Emily), was a revelation to me in this movie. She is so talented, there is so much expression even in the silence and the stares… if there is not a fan club yet for this amazing actress I am creating one right now !

Moving on to another amazing movie: 1917. This one I am sure you’ve all heard of it thanks to the Golden Globes and the Oscar noms ! I was supposed to see that movie at a preview screening in LA early in December but missed out for a few minutes because there were no more seats available. So I only recently saw it, last week-end. I was so curious about this movie because of the long single shot impression and the fact that it was from Sam Mendes. As I was not able to see it as soon as I wanted, my expectations kept building up as it won at the Golden Globes and as a friend who managed to see an advanced screening of it in France kept telling me how amazing it was !

So I went to see it on its release’s week end and for the first time since I am in Santa Barbara, I saw a very crowded theater ! The Golden Globes buzz did not disappoint.

From the first seconds of the movie, you are in it with the 2 main characters (brilliantly portrayed by George Mackay and Dean-Charles Chapman – Tommen in Game of Thrones for those who know the show). The single shot, with the camera always sticking to these two soldiers who have to cross no man’s land and recent abandoned German lines, makes the spectators immerse themselves into the action. We see what they see, we are like them; on the outlook for any danger that might come their way. I have to admit I had not been that tense in a movie theater for a very long time.

If you add up the technical achievement of this single shot technique in terms of lighting, cinematography, and actors’ performances, this movie is really a movie-making lesson and a masterpiece. In my opinion, some scenes will become classics – like the one that even the cast and crew referred to as the “Schofield’s run” where George MacKay’s character is running as fast as he can, crossing a massive British offensive.

To finish this article about my last favorite films of 2019 (and the first of 2020) here is the list of the names I would have loved to see get an Oscar nom (some received one but that way you know I agree with the Academy ! )

Of course I did not see all the nominated films so I cannot judge all the official nominations but here are the nominations I would have liked to see :

Best Picture :

  • Joker
  • Rocketman
  • 1917
  • Waves
  • Peanut Butter Falcon

Best screenplay (adapted or original)

  • 1917
  • Honey Boy
  • Joker
  • Waves
  • Rocketman

Best actor

  • Joaquin Phoenix
  • Taron Egerton
  • George Mackay
  • Shia Labeouf
  • Noah Jupe

Best actress

  • Taylor Russel
  • Jessie Buckley
  • Ana de Armas
  • Saoirse Ronan

Best Cinematography

  • 1917
  • Joker
  • Ford v Ferrari

Best foreign (OK best French film in my case)

  • The Wolf’s call
  • Cyrano My love
  • So many more – including les Misérables in which I have total confidence that it is a masterpiece – that I still have not seen.

Je suis très en retard, ou plutôt la fin d’année cinématographique et en dehors a été bien remplie et je n’ai pas pris le temps de vous parler de mes derniers coups de coeur au cinéma. 

Je vais donc commencer par Honey Boy dont j’avais vu le trailer un certain nombre de fois les mois précédents sa sortie. Ce film était décrit comme une expérience cathartique pour Shia Labeouf qui l’a écrit et qui joue dedans. Je savais que c’était plus ou moins un script autobiographique mais ne réalisais pas à quel point il me toucherait et à quel point son visionnage me dérangerait même par moment. C’est une histoire d’amour et de maltraitance (au moins émotionnelle) et sur comment les deux peuvent se mélanger et la difficulté de se sortir d’une relation toxique. Ici il s’agit d’un père et de son fils mais cela est vrai pour tout type de relations.

Tous les acteurs sont excellents, de Noah Jupe qui joue le jeune personnage principal, à Lucas Hedges qui joue le même personnage plus âgé en passant par Shia Labeouf qui joue le rôle du père (et donc qui joue finalement le rôle de son propre père). Je dois dire que le visionnage de ce film nous a laissées, l’amie qui m’accompagnait et moi même, sans voix, perturbées et très émues. Quand en plus on réalise qu’il s’agit d’une autobiographie c’est d’autant plus perturbant.

Le prochain film dont je voulais vous parler est Waves. Pour être honnête je n’étais que légèrement curieuse à propos de ce film et pas ultra convaincue par la bande annonce, et je suis clairement allée le voir car j’avais le temps et une envie de cinéma. J’aurai complètement pu passer à coté. Je m’attendais à un film très lent, très larmoyant. Je n’avais en fait aucune idée de ce que j’allais voir.

Le film est divisé en 2 parties. La première moitié se déroule à un rythme si soutenu que je me suis vraiment demandée si je regardais bien le film dont j’avais vu la bande annonce. Mais en tout cas j’étais captivée dès la séquence d’ouverture.

Ce film nous fait suivre le fils d’une famille Afro-Américaine de classe moyenne qui est en terminale. Il jongle entre le lycée, le sport et les dossiers de candidature aux universités. Son père (Sterling K. Brown) lui mets énormément de pression sur les épaules. On suit donc ce jeune homme qu’on voit de plus en plus en difficulté.

Après un événement tragique dans la vie de cette famille, nous commençons à suivre l’histoire de sa sœur. La deuxième moitié du film est, tout comme cette jeune fille l’est, plus contemplative et avec un rythme plus lent. La première moitié du film m’a surprise et m’a amenée à pleine vitesse au cœur de l’histoire mais la deuxième moitié m’a vraiment émue.

Taylor Russel (qui joue la sœur, Emily) a été une vraie révélation pour moi dans ce film. Elle est vraiment talentueuse et exprime tellement de chose même dans les silences et les regards… si il n’existe pas encore de fan club pour elle, je le crée la tout de suite ! 

Je passe maintenant au dernier film génial dont je voulais parler sur ce post – et celui ci je suis sûre que vous en avez entendu parler grâce aux Golden Globes et aux nominations aux Oscars: 1917.

Au début je devais voir ce film en avant-première à Los Angeles tout début décembre mais l’ai raté de peu quand on nous a annoncé que la séance était complète avec juste 5 personnes devant nous. Donc je viens tout juste de le voir, le week end dernier. J’étais tellement intriguée par ce film, à cause de son tournage en longs plans séquences et parce que c’est un film réalisé par Sam Mendes aussi. Comme je n’ai pas pu le voir aussi tôt que ce que je voulais initialement, sa victoire aux Golden Globes et le discours d’une amie qui a elle réussi à le voir en avant première en France n’ont fait qu’augmenter mes attentes !

J’y suis donc allée le week end de sa sortie et pour la première fois depuis mon arrivée à Santa Barbara, j’ai vu une foule assez importante dans la salle ! Le buzz des Golden Globes a bien fonctionné.

Dès les premières secondes du film, on est dedans avec les 2 personnages principaux (joués brillamment par George Mackay and Dean-Charles Chapman – Tommen dans Game of Thrones pour les connaisseurs).

L’impression de plan séquence, avec la caméra qui colle ces deux soldats qui doivent traverser le no man’s land et des lignes allemandes récemment abandonnées, font que le spectateur est immergé dans l’action. On ne voit que ce qu’ils voient, on est comme eux, à l’affût du moindre danger. Je dois admettre que je n’avais pas été si tendue sans une salle de cinéma depuis bien longtemps.

Si on regarde la prouesse technique de ces longs plans séquences en terme d’éclairage, photographie, performance d’acteurs, ce film est une leçon de cinéma et un chef d’oeuvre. Quelques scènes vont devenir – j’en suis certaine – cultes, comme par exemple la scène – que même l’équipe du film a nommé “la course de Schofield” – où le personnage joué par George Mackay doit courir comme un fou, perpendiculairement à une offensive des anglais.

Et pour finir cet article qui rassemble mes derniers coups de coeur de 2019 (et mon premier coup de coeur de 2020) je vous donne la liste des noms que j’aurai aimé voir nommés aux Oscars (certains le sont mais je les note quand même comme ça vous savez que je suis d’accord avec ces nominations là !).

Bien sur je n’ai pas vu tous les films nommés donc je ne peux pas juger toutes les nominations. Mais voilà qui j’aurai aimé voir, en me basant sur les films que j’ai vu :

Meilleur film:

  • Joker
  • Rocketman
  • 1917
  • Waves
  • Peanut Butter Falcon

Meilleur scénario (sans distinction original/adaptation)

  • 1917
  • Honey Boy
  • Joker
  • Waves
  • Rocketman

Meilleur acteur

  • Joaquin Phoenix
  • Taron Egerton
  • George Mackay
  • Shia Labeouf
  • Noah Jupe

Meilleure actrice

  • Taylor Russel
  • Jessie Buckley
  • Ana de Armas
  • Saoirse Ronan

Meilleure photographie

  • 1917
  • Joker
  • Ford v Ferrari

Meilleur film étranger (ce qui pour moi veut dire meilleur film français 🙂 )

  • Le chant du loup
  • Edmond
  • Et bien d’autres – les Misérables inclus car j’ai toute confiance dans le fait que c’est un chef d’oeuvre – qui le méritent certainement mais que je n’ai pas vu encore (et qu’il me tarde de voir!!!)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s