Joker

A masterpiece and a full on experience

I could not not miss out on such an event of a movie and I really wanted to talk to you about this one. Joker is a major event for several reasons. It is about the Joker, classic character from the DC Comics universe and a character that Christopher Nolan’s Batman trilogy put the spotlight on with Heath Ledger’s unforgettable performance. Plus this time it is Joaquin Phoenix – one of the most charismatic actors alive I have to admit – who takes on the role. 

If I can – from time to time – really appreciate a Marvel or Batman movie, I am not a big fan of this super-heros genre. Super heros movies, because there are so many of them and their storylines are so often redundant from one another, ended up often boring me. So in the end, it was the fact that this movie Joker is focusing on the becoming of this classic villain without staging Batman in it that finally made me interested in it. Moreover the trailer showed a tense atmosphere and beautiful shots and made me curious.

The whole screening experience on the US release day was peculiar in itself and put in perspective the different messages in  the movie with the real social and political situation in the US. 

We went there my friend and I with her neighbor. During the trailers preceding the movie, a security guard came to my friend’s neighbor and asked him to come out with him. My friend and I were puzzled and did not know what was going on. A few seconds before the movie started, our friend came back and told us that they patted and searched him to make sure he did not have any guns on him. It is then, as the lights were switched off in the theater as the movie was about to begin that we realized the emergency exit’s door was kept wide open and that 2 security guards were staying in the theater during the whole movie. 

I did not remember at all that, at the time, when the Dark Night Rises was released, a mass shooting  happened in a movie theater showing the movie. My friend just reminded me of this at this point. I had also not payed attention that authorities were fearing a similar event during Jokershowings in theaters and that there was a controversy about this movie being an incitation to violence. None of this got my attention beforehand and the return to reality at the beginning of the movie was violent.

The movie starts. Nerve racking. Uncomfortable. I will not try to create any suspense (it is written in the title of this article anyway) on what I think of this movie: according to me, it is a masterpiece. The whole viewing experience is powerful, the awkwardness intense. But the movie makes so much sense, beyond the story it tells, in the actual context of the screening I just told. We follow Arthur Fleck, a sick, isolated and troubled person. We see him under a social worker’s care. Then we see him being abandoned and let down by the system. We see him being even more isolated and rejected. In the end, Todd Phillips, the movie’s director who invented the whole Joker’s genesis storyline shows us the violence of a society which does not take care of its sick people. Which does not take care of its most isolated people. He shows, without ever advocating violence as some people blamed him for doing, how a person will end up in a spiral of violence. Guns access is also approached in this movie of course. And finally, as my friend made me realise – rightly so – at the end of the movie (thanks Laura), Joker shows all the issues linked to the tense context surrounding its release in real life. Violence, guns access, absence of follow up for psychiatric illnesses… Maybe watching this movie in France won’t have the same impact as watching it here in the US, but this movie is, to me, eminently political. 

After talking about the content, let’s talk about the form. As I said, this movie is a masterpiece. I have first to mention Joaquin Phoenix who carries the whole movie on his body, his grin, his laugh (unbelievable) and his gaze. This actor is fascinating. He is possessed. This performance will earn him – it is a sure thing – to be nominated for an Academy award. But not only, he sure did put a hold on that award. 

I am not really receptive to or good at the technical staging aspects of a movie in general, nor am I able to judge a scenario’s quality compared to others that are also good, so I cannot allow myself to make the same prognosis regarding Todd Phillips and how he’ll do during awards season.

However, there is an aspect of this movie to which I am highly receptive to: colors, frames, shots… I can relate to cinematography. And my… how to put it… everything is perfect in this movie. Everything you see makes sense, everything favours the storytelling and feeds our emotions: fear, awkwardness, anxiety, and the feeling of being all-mighty that the character feels at one point. The whole cinematography is just sublime. Not only does it favours the story but it is also esthetically gorgeous. Up to the very last shot. 

Because it so nerve racking it won’t become my go-to movie that I will watch again and again. But this does not take anything away from the very high quality of Joker nor from the reflection on our society it makes us have.


Source: express.co.uk

Je ne pouvais pas passer à côté de ce film évènement et j’avais très envie de vous en parler. Joker est un film événement, parce qu’il s’agit du Joker qui est un personnage mythique, emblématique de l’univers DC Comics et que la trilogie Batman de Christopher Nolan l’avait encore bien mis à l’honneur avec la prestation inoubliable de Heath Ledger et par ce que cette fois ci c’est Joaquin Phoenix – acteur on ne peut plus charismatique – qui se glisse dans la peau du Joker. 

Si il m’arrive d’apprécier de temps un temps un Marvel ou un Batman, je ne suis pas non plus une fanatique de ce genre de films et les films de super héros par leur nombre et leur redondance ces dernières années m’ont clairement lassée. Du coup, c’est le fait que ce film se concentre sur l’avènement du méchant mythique sans mettre en scène Batman qui finalement m’a donné envie de voir le film. Le trailer montrait en plus une ambiance tendue et des images magnifiques, et a éveillé ma curiosité. 

L’expérience de la projection de Joker où nous sommes allées avec une amie et son voisin le jour de la sortie a été en elle même particulière, resituant le film dans un contexte réel hautement perturbant qui a mis en relief un certain nombre de messages contenus dans le film. 

En effet, nous sommes entrés dans le cinéma tous les 3. Pendant les bandes annonces alors que nous étions tranquillement installés, un agent de sécurité a demandé à notre ami de sortir. Mon amie et moi n’avons rien compris à ce qu’il se passait, quand il est revenu quelques secondes avant que le film ne commence, il nous a dit que les agents de sécurité l’avait fouillé pour vérifier qu’il n’était pas armé. C’est donc lorsque les lumières se sont éteintes que nous nous sommes rendus compte que 2 agents de sécurité restaient dans la salle et que la porte de l’issue de secours au pied de l’écran restait grande ouverte. 

Je ne me rappelais plus du tout que, à l’époque de la sortie de Dark Night Rises il y a quelques années, une tuerie avait eu lieu dans une salle de cinéma.  Je n’avais pas non plus suivi que les autorités craignaient une redite lors de la projection du Joker et qu’il y avait une polémique sur le fait que ce film était une incitation à la violence. Tout cela m’était passé complètement au dessus de la tête et le retour à la réalité en début de séance a été violent. 

Commence alors le film. Angoissant. Malaisant. Je ne vais pas vous faire de suspense sur mon opinion (je l’ai mis dans le titre en même temps): il s’agit pour moi d’un chef d’oeuvre. L’expérience, est puissante, le malaise est profond. Mais le film prend tout son sens, au delà de l’histoire qu’il raconte dans le contexte que vous ai raconté précédemment. On suit en effet Arthur Fleck, un homme malade, isolé et profondément mal. On le voit être suivi par une assistante sociale. On le voit abandonné par le système. On le voit encore plus isolé et encore plus rejeté. Finalement Todd Phillips, le réalisateur du film qui a inventé la genèse du Joker, nous montre la violence d’une société qui ne prend pas soin de ses malades. Qui ne prend pas soin des personnes isolées. Il montre ainsi, sans jamais faire l’apologie de la violence comme on a pu lui reprocher, comment une personne va se retrouver dans une spirale de violence. L’accès aux armes est aussi abordé bien sur. Et finalement, comme me l’avait très justement fait remarquer mon amie en sortant de la séance (merci Laura), Jokermets en avant l’ensemble des problèmes liés au contexte tendu de sa sortie dans la vraie vie. Une violence, un accès aux armes, un manque de suivi des personnes ayant une pathologie psychiatrique… Peut être qu’un visionnage en France n’aura pas le même impact que notre visionnage ici aux Etats Unis mais ce film est selon moi vraiment politique. 

Voilà pour le fond. En ce qui concerne la forme, comme je le disais, ce film est un chef d’oeuvre. Je vais d’abord parler de Joaquin Phoenix qui porte le film dans son corps, dans son rictus, dans son rire (hallucinant) et dans son regard. Cet acteur est fascinant. Il est habité. Une performance qui lui vaudra – c’est certain – une nomination à l’Oscar mais pas que. Il a mis une sérieuse option sur le prix. 

Je ne suis pas très sensible ni très calée sur la réalisation dans son ensemble, ni sur la qualité d’un scénario par rapport à un autre, je ne peux donc pas me permettre un tel pronostic pour Todd Phillips.

En revanche, il y a un aspect auquel je suis très très sensible c’est la qualité de la photographie d’un film: les couleurs, les cadrages, certains plans… La photographie, ça me parle. Et comment vous dire… tout est parfait dans ce Joker. Tout ce qu’on voit à l’écran a un sens, sert l’histoire et nourri nos sentiments, que ce soit, la peur, le malaise, l’angoisse, le sentiment de toute puissance du personnage par moment. La photographie est juste sublime. Mais non seulement tout sert l’histoire et le propos mais c’est esthétiquement magnifique. Jusqu’au tout dernier plan du film. 

Comme je le disais à une amie en sortant, à cause de l’angoisse et du malaise que ce film renvoi je ne suis pas sûre que ce sera mon film de chevet et que je le reverrai tout de suite. Mais cela n’enlève rien à la qualité hors norme de Joker ni à la réflexion sur notre société qu’il nous force à avoir. 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s