Colcoa French Film Festival

A wonderful selection of French films

A few weeks ago, as I was in LA with a friend to be in the Audience of the Late Late Show with James Corden’s taping, we saw in the streets posters about the Colcoa French Film Festival. I was curious and when I came back home I checked the selection (I will only talk here about the feature films selections):

  •  Les Misérables directed by Ladj Ly – the film was given an ovation at Cannes Film Festival last May
  • Little Tickles (Les Chatouilles) directed by Andréa Bescond and Eric Métayer – an important movie that I was lucky enough to see in France
  • Cyrano My love (Edmond) directed by Alexis Michalik – which is an adaptation of his amazing play Edmond 
  • Amanda directed by Mikhaël Hers 
  • The Trouble with You (En Liberté !)  directed by Pierre Salvadori
  • Someone Somewhere (Deux moi) directed by Cédric Klapisch
  • ….  And many more, the full feature film selection is here : https://colcoa.org/colcoa-cinema/

The festival taking place from Monday to Saturday at a 1h30 drive from home (without any traffic) I could not go there during the week so I checked the schedule for Saturday and saw that there were screenings for 2 movies that I already knew (and I even have the 2 movies at home on DVD) in the presence of their directors ! 

I booked my ticket for the Cyrano my Love screening in the presence of Alexis Michalik and for Little Tickles in the presence of Eric Métayer (too bad, Andréa Bescond will not be there but…).

The festival took place at the Directors’ Guild of America in Hollywood. The building is modern and very welcoming and everything is well organized. 

Cyrano my love’s screening took place in the Renoir Theatre, name given during the festival to the main and recently renovated theater in collaboration with directors to optimize the movie viewing experience. When the lights are off in this theater it is a total blackout. Nothing else but the screen emits light.  We always have the impression to be in the dark in a movie theater, but let me tell you this is something else, this theater is magic ! 

Before the screening, Alexis Michalik presented his film and its making process speaking English perfectly. Alexis Michalik – for those who do not know him yet – is a very gifted and prolific theater man. He has written and directed 4 very successful plays – including Cyrano my love in its theater version – and won I do not know how many Molières awards (the French Tonys). He wrote and directed this movie adapting it from its own play – well actually he first wrote the movie script but with no producer willing to follow a first time screenwriter, he adapted the movie script to the theater and given the success of his play was able to turn it into a movie.

Cyrano my love was superb – which I already knew. The whole audience was captivated and responding with real laughter during the whole movie. But the movie’s magic does not only resides in its humour but also in its frantic pace worthy of the original play’s staging. We can even find Michalik’s signature move with the camera movements echoing the choreography that his comedians do on stage in the set changes during the play. The actors are having fun and it shows ! 

At the end of the screening there was a Q&A that confirmed that the audience loved the movie (and also fell in love with its director). After this Q&A, Alexis Michalik made himself available for some quick more personal discussion and obliged some of us with selfies and autographs.

This screening was immediately followed by the Little tickles’ screening directed by Eric Métayer and Andréa Bescond. Here it is again an adaptation from a play – whose title literally translates to Littles tickles or the anger dance – written by Andréa Bescond and directed by Eric Métayer. Contrary to Cyrano my love I did not see that play and I regret it.

This movie is an important and necessary one. A movie about trauma, building yourself up and resilience. A tough movie but filled with hope. 

The movie is about child abuse. It is based on its author, leading acress and co-director’s own experience as she was raped repeatedly in her childhood by one of her parents’ friends.

So we follow Odette, a young ballerina who becomes her parents’ friend Gilbert’s victim, through her memories as she is telling them to her psychiatrist . 

Through dance, memories – sometimes fantasy – we follow her destructive path and her reconstruction as an adult, until she has enough strength to reveal to the police and to her parents the crimes she suffered. 

What is upsetting and difficult to bear in this movie is that Odette suffers 2 types of violence. The sexual abuse first and then the violence of her mother, who is unable to support or understand her daughter. Her mother is brilliantly interpreted by Karin Viard who won the best supporting actress César award for this role.

You do not get out of such a screening unscathed. Unfortunately this particular screening was cut short by a fire alarm that was triggered by electrical issues in the building, about 20 min before the end of the movies. 

As it was impossible to fix those technical issues that night, the Q&A was improvised for the people who were not able to come back the following day for a rerun and who wanted to know how the movie ends and discuss it with the director despite the frustration of not being able to see the whole movie. 

We also had another – more pleasant – surprise of seeing Gregory Montel that you may know from his role in the Netflix series Call my agent ! and who plays Odette’s boyfriend in the movie. 

©Adeline’s Jam – Eric Métayer et Gregory Montel en compagnie de leur traductrice

During the Q&A, I sensed that the audience was puzzled and shocked. Many of them did not know about the autobiographical aspect of the movie and were astonished as Andréa Bescond’s performance and strength to play her own story – even if a lot has been romanticized to put some distance between herself and the role – is just admirable and worthy of respect. 

In the absence of Andréa Bescond, we were able to see how much personal this movie is also for Eric Métayer, her spouse in real life. The numbers he gave us on child abuse are just scary. The more than light sanctions that the rapist got in the movie and in real life are plain ridiculous. And the worst was learning that the follow up of a convicted child rapist is just completely messed  up as, in real life, the man who raped Andréa Bescond could – after serving 4 years in prison – be in contact with kids as a person in charge of an association is really revolting. 

This is exactly why this movie is necessary. It opens up discussions and debates on important subjects: how can we prevent these abuses, how can we protect children and how can we open a general discussion on the subject. Indeed these crimes feed on silence and taboo. Eric Métayer (and also Andréa Bescond as I could see in other interviews) are wonderful defenders of this cause and are doing an awesome job with using their talent as storytellers to open our eyes on the matter.

To conclude on the festival, I did not discover any new movies this time but I was able to exchange a few words and listen to directors whom I admire, and it was a good excuse to write about 2 movies released last year in France and who will be released next week in the US that I am really passionate about. 

I really enjoyed the festival’s selection and the organization and next year I definitely plan to check it out earlier to be able to free some time to enjoy more movies in order to take advantage of this amazing opportunity to enjoy French cinema here in California ! 


Il y a quelques semaines alors que j’étais à LA pour assister à l’enregistrement de James Corden avec une amie, nous voyons dans les rues des affiches pour le Colcoa French Film Festival. Curieuse en rentrant chez moi je regarde la programmation (je ne parle que de la programmation cinéma/longs métrages) :

  • Les Misérables de Ladj Ly – ovationné à Cannes
  • Les Chatouilles d’Andréa Bescond et Eric Métayer – film nécessaire que j’ai eu la chance de voir en France l’an passé et que j’ai en DVD
  • Edmond d’Alexis Michalik – adaptation de sa folle pièce du même titre. 
  • Amanda de Mikhaël Hers 
  • En Liberté !  de Pierre Salvadori
  • Deux moi de Cédric Klapisch
  • ….  Et beaucoup d’autres, la sélection complète longs métrages ici : https://colcoa.org/colcoa-cinema/

Le festival se déroulant du lundi au samedi à 1h30 de route de chez moi (sans bouchons) il n’était pas envisageable que j’y aille en semaine. Je me concentre donc sur la programmation du samedi et réalise que 2 films que je connais, dont j’ai déjà les DVD sont projetés ce jour là… en présence de  leurs réalisateurs ! 

J’ai donc réservé donc mon ticket pour la projection d’Edmond en présence d’Alexis Michalik et pour la projection des Chatouilles en présence d’Eric Métayer (snif, Andréa Bescond ne sera pas de la partie mais bon…)

Le festival avait donc lieu à la Directors’ Guild of America à Hollywood. Le bâtiment, moderne est très accueillant et c’est très bien organisé. La projection d’Edmond a lieu dans la salle Renoir, nom donné pendant le festival à la salle de projection récemment rénovée en association avec des réalisateurs pour optimiser l’expérience de visionnage des films. Quand les lumières sont éteintes on se retrouve dans un noir total dans la salle. Rien d’autre que l’écran n’émet. On a toujours l’impression d’être dans le noir au cinéma mais je vous promets que le noir de cette salle là est absolument d’un autre niveau. 

Avant la projection Alexis Michalik a présenté son film et la genèse de son film – et ce dans un anglais impeccable. Alexis Michalik pour ceux qui ne le connaissent pas est un homme de théâtre prolifique et surdoué. 4 pièces, je ne sais combien de Molières à son actif. Il a écrit et réalisé le film et écrit et mis en scène la pièce de théâtre dont le film est l’adaptation – bien que la pièce de théâtre était en fait à la base l’adaptation du script écrit par Alexis Michalik pour le cinéma, vous me suivez ?

Edmond, que je connaissais donc déjà, était – comme je le savais – superbe. La salle semblait conquise, avec des rires francs pendant le film. Mais la magie de ce film n’est pas que dans l’humour mais également dans le rythme effréné d’une mise en scène digne de la pièce de théâtre originale. On y retrouve la “patte” de Michalik avec le mouvement de la caméra qui fait écho aux chorégraphies des changements de décors de la pièce. Les acteurs s’amusent et ça se voit ! 

A l’issue de la projection a lieu une séance de questions-réponses qui confirme que la salle était bien sous le charme du film (et de son réalisateur on ne va pas se mentir). A l’issue de cette séance, Alexis Michalik s’est rendu disponible pour quelques mots plus personnels et pour une séance selfies/dédicaces.

©Adeline’s Jam – Alexis Michalik pendant le Q&A d’Edmond

J’ai ensuite enchaîné avec la projection des Chatouilles d’Eric Métayer et Andrés Bescond, adaptation là aussi d’une pièce de théâtre Les Chatouilles ou la danse de la colère écrit par Andréa Bescond et mis en scène par Eric Métayer. Contrairement à Edmond je n’avais pas vu cette pièce de théâtre – à mon grand regret.

Les Chatouilles que j’avais donc déjà vu est un film important et nécessaire. Un film qui parle de traumatisme, de reconstruction et de résilience. Un film dur mais avec de l’espoir.

Le film parle de pédophilie. Il est basé sur l’expérience de son auteure, actrice principale et réalisatrice, violée pendant des années par un ami de ses parents. 

On suit donc l’enfance d’Odette, jeune danseuse qui devient la victime de Gilbert un ami de ses parents à travers ses souvenirs relatés lors de dialogues (savoureux) avec sa psychologue. 

A travers la danse, à travers des souvenirs – parfois fantasmés – on suit le chemin de destruction puis de reconstruction d’Odette devenue adulte, jusqu’à la révélation des crimes dont elle a été victime à ses parents puis à la justice.

Ce qui est bouleversant et difficilement supportable dans ce film est qu’Odette vit 2 violences finalement. La violence des actes pédophiles qu’elle a subi et la violence de sa mère, incapable de soutenir ou de comprendre sa fille. Cette mère est magnifiquement interprétée par Karin Viard – César de la meilleure actrice dans un second rôle pour ce film d’ailleurs. 

On ne ressort pas indemne d’une telle projection. Malheureusement cette projection du samedi soir a été interrompue suite à un soucis technique qui déclenchait intempestivement l’alarme incendie du bâtiment, 20 min avant la fin du film. 

Devant l’impossibilité de régler le soucis dans la soirée, la séance de question réponse a donc été improvisée pour les personnes qui n’étaient pas en mesure de revenir le lendemain pour une nouvelle projection et qui voulait donc savoir comment le film se terminait et échanger avec le réalisateur malgré la frustration de ne pas avoir pu aller au bout de ce film. 

Nous avons également eu une petite surprise, puisque Grégory Montel, acteur connu surtout pour son rôle dans la série Dix pour cent, qui joue l’amoureux d’Odette dans le film, était également présent.

Durant ces débats j’ai senti le public de la salle déboussolé et choqué. Beaucoup ignorait le caractère autobiographique de ce film et ont été subjugués de l’apprendre, tellement la force d’Andréa Bescond capable de jouer son propre rôle – même si beaucoup de choses ont été romancées pour lui permettre une distance avec le rôle – force le respect et l’admiration. 

En l’absence d’Andréa Bescond, nous avons quand même pu voir à quel point ce récit était personnel pour Eric Metayer, conjoint d’André Bescond à la ville. Les chiffres sur la pédophilie qu’il nous a donné font froid dans le dos. Les sentences – que je qualifierai de plus que légères – au violeur dans le film comme dans la réalité sont hallucinantes. Et surtout apprendre que – dans la vraie vie – le violeur d’Andréa Bescond, après avoir servi sa peine s’est retrouvé au contact d’enfants car en charge d’une association est révoltant. 

C’est en ça que ce film est nécessaire. Pour lancer une discussion et un débat sur des sujets importants: comment prévenir ces abus, comment protéger les enfants et surtout faire en sorte que nous parlions tous ensemble de ces sujets. Car ces crimes se nourrissent du silence et du tabou. Eric Metayer (et Andréa Bescond que j’ai déjà vu en interview) sont des merveilleux défenseurs de cette cause et font un superbe travail de prévention en utilisant leur talent qui est de raconter des histoires au théâtre ou au cinéma. 

Finalement je n’ai donc pas découvert de nouveaux films lors de ce festival mais j’ai pu échanger avec des réalisateurs que j’admire et surtout vous parler de 2 films, sortis fin 2018 ou début 2019 en France que j’ai énormément aimés.

La programmation du festival et son organisation m’ont vraiment plu et l’an prochain je le guetterai certainement plus en amont pour me libérer plus de temps pour profiter un maximum de la richesse du cinéma français qui me manque un peu depuis mon installation en Californie ! 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s