Les Antipodes

Les Cowboys Fringant’s latest album

Les Cowboys Fringants. Ce groupe est mon groupe chouchou. Groupe québécois, je les connaissais déjà – bien que peu – avant mon année universitaire passée à Montréal. Je connaissais surtout certains de leurs vieux morceaux les plus rythmés sans jamais avoir fait attention à leurs paroles.

Et puis un jour, alors que je patinais avec des amis au Lac des Castors lors de mon année passée au Québec, a retenti sur la sono de cette patinoire en plein air La tête haute tiré de leur album L’Expédition sorti en 2008. Cette musique parlant d’un jeune de 19 ans en fin de vie suite à un cancer allie à la fois des paroles fortes et une musique absolument sublime. Je n’avais absolument pas fait le rapprochement avec les premières musiques que je connaissais des Cowboys Fringants. Sans Shazam mais en tapant sur Google des bouts de paroles entendues à la patinoire, je découvre donc cet album tout beau tout neuf.

Depuis mon retour du Québec j’ai vu les Cowboys en Fringants en concert chaque année où ils étaient à Paris que ce soit à L’Olympia ou au Zénith. Ce groupe est sensationnel sur scène ! 

Les thèmes privilégiés de ce groupe sont l’environnement, les injustices et l’indépendance du Quebec. Mais ils ont aussi un don pour raconter des histoires de gens ordinaires le temps d’une chanson.

Quand j’ai appris sur les réseaux sociaux la sortie imminente de leur nouvel album j’étais donc très impatiente. C’est maintenant chose faite depuis le 4 octobre 2019: Les Antipodesest sorti.

Il faut vraiment que je réécoute tout l’album, mais sur les 10 titres j’en ai déjà 4 qui ont une place dans ma playlist. Sans surprise pour moi ce sont leurs chansons les plus mélodiques et avec des textes qui me parlent (Ici bas, Sur mon épaule, Les maisons toutes pareilles et l’Amérique pleure). 

Je voudrai vous en dire plus déjà sur l’Amérique pleure, premier titre de cet album. On ne pouvait pas imaginer meilleure intro à un album de ce groupe: L’Amérique pleure reprend plusieurs des thèmes chers  aux Cowboys Fringants. Cette chanson prend le point de vue d’un chauffeur routier qui parcourt l’Amérique à longueur d’année, le tout sur une mélodie à la fois entrainante et teintée de nostalgie avec un petit air country. Cette chanson est vraiment mon coup de coeur de cet album. Je vous en partage le texte ici et vous laisse profiter du clip ici : 

Encore un jour à se lever
En même temps que le soleil
La face encore un peu poquée
Mon 4h de sommeil yeah

J’tire une couple de puffs de clope
Job done pour les vitamines
Pis un bon café à l’eau de moppe
Histoire de s’donner meilleure mine
Yeah

J’prend le Florida Turnpike
Pis demain soir j’ta Montmagny
Non trucker s’pa vraiment l’Klondike
Mais tu vois du pays Yeah

Surtout que ça te fait réaliser
Que derrière les beaux paysages
Y’a tellement d’inégalités
Et de souffrance sur les visages

La question que j’me pose tout le temps
Mais comment font tous ces gens
Pour croire encore en la vie
Dans cette hypocrisie
C’est si triste que des fois
Quand je rentre à la maison
Pis que j’park mon vieux camion
Je vois toute l’Amérique qui pleure
Dans mon rétroviseur

Moi je traîne dans ma remorque
Tous les excès de mon époque
La surabondance surgelée, shootée suremballée, Yeah

Pendant que les voeux pieux passent dans le beurre
Que notre insouciance est repue
C’est dans le fond des conteneurs
Que pourront pourrir les surplus

La question que j’me pose tout le temps
Mais que feront nos enfants
Quand il ne restera rien
Que des ruines et leur faim
C’est si triste que des fois
Quand je rentre à la maison
Pis que j’park mon vieux camion
Je vois toute l’Amérique qui pleure
Dans mon rétroviseur

Sur l’interstate-95
Partent en fumée tous les rêves
Un char en feu dans une bretelle
Un accident mortel Yeah

Et au milieu de ce bouchon
Pas de respect pour la mort
Chacun son tour joue du klaxon
Tellement pressé d’aller nulle part

La question que j’me pose tout le temps
Mais où s’en vont tous ces gens
Y’a tellement de chars partout
Le monde est rendu fou
C’est si triste que des fois
Quand je rentre à la maison
Pis que j’park mon vieux camion
Je vois toute l’Amérique qui pleure
Dans mon rétroviseur

Un autre truck-stop d’autoroute
Pogné pour manger d’la schnoutte
C’est vrai que dans la soupe du jour
Y’a pu tellement d’amour yeah

On a tué la chaleur humaine
Avec le service à la chaîne
À la télé un autre malade
Vient d’déclencher une fusillade

La question que j’me pose tout le temps
Mais comment font ces pauvres gens
Pour traverser tout le cours
D’une vie sans amour
C’est si triste que des fois
Quand je rentre à la maison
Pis que j’park mon vieux camion
Je vois toute l’Amérique qui pleure
Dans mon rétroviseur

Rien n’empêche que moi aussi
Quand j’roule tout seul dans la nuit
J’me demande des fois ce que je fous ici
Pris dans l’arrière-pays yeah

J’pense à tout c’que j’ai manqué
Avec Mimi pi les deux filles
Et j’ai ce sentiment fucké
D’être étranger dans ma famille

La question que j’me pose tout le temps
Pourquoi travailler autant
M’éloigner de ceux que j’aime
Tout ça pour jouer la game
C’est si triste que des fois
Quand j’suis loin de la maison
Assis dans mon vieux camion
J’ai toute l’Amérique qui pleure
Quelque part au fond du coeur 


The Cowboys Fringants. One of my favourite bands. They are from Quebec and I knew them – even if only a little – from even before I spent a year in Montreal, QC during my studies. I mainly knew some of their old rythmic tunes without never paying much attention to their lyrics. 

And then one day, as I was ice skating at the Lac des Castors in Montreal with friends, I heard coming from the ice rink’s speakers La tête Haute from the Cowboys Fringants’ album L’Expedition released in 2008. This song, about a 19 year old young boy about to die of cancer, is a mix of strong lyrics and an absolutely stunning music. At first, I did not link together the song I was hearing and what I already knew from this band. Without Shazam but by Googling some lyrics I heard I then discovered this new Cowboys Fringants’s album. 

Since I returned from Quebec, I saw Les Cowboys Fringants live every year they were in Paris at the Olympia or at Paris Zenith. This band is amazing live ! 

This band’s favorite themes are the environment, injustice, Quebec independance and they have a real talent of telling stories about random characters in their songs. 

When I learnt on social media that they were soon releasing a new album I was very excited. And since October 4th 2019 it is here: Les Antipodes

I really need to listen again to the whole album, but out of 10 titles I already have 4 that earned a spot on my playlist. Without any surprises for me, these 4 songs are the most melodic ones with lyrics that hit home for me (Ici bas, Sur mon épaule, Les maisons toutes pareilles and l’Amérique pleure).

I would like to tell you more about l’Amerique pleure (literally “America cries”), the first song of the album. I could not imagine a better intro to this album than this song: it takes up several topics dear to the Cowboys Fringants. This song takes the point of view of an American trucker driving through America all year long, accompanied by a melody which is both catchy and nostalgic with a little touch of country. This song really is my favorite of the whole album. Here are the lyrics in a rough translation (original lyrics are above) and I let you enjoy their music video here: https://www.youtube.com/watch?v=sYRp8oP0yiw

One more day waking up
At the same time as the sun
The face still a little tired
From my 4 hour sleep yeah

I take a couple puffs
Job done for the vitamins
Then a good coffee made from moppe water
To look better Yeah

I take the Florida Turnpike
And tomorrow I’ll be in Montmagny
Trucker is not a gold mine
But you can get around Yeah

It makes you realize
That behind the beautiful landscapes
There is so much inequality
And suffering on faces
The question I always ask myself
How do this people
Manage to still believe in life
Amongst this hypocrisy
It’s so sad that sometimes
When I go back home
And I park my old truck
I see all of America crying
In my rearview mirror

I drag in my trailer
All the excesses of my time
Frozen, overwrapped overabondance, Yeah

While wishful wishes are discarded
And our carelessness is satisfied
It is at the bottom of containers
That surpluses will rot 

The question I always ask myself
What will our children do
When nothing is left
But ruins and hunger
It’s so sad that sometimes
When I go back home
And I park my old truck
I see all of America crying
In my rearview mirror

On interstate-95
Dreams go up in smoke
A car on fire on a ramp
A mortal accident Yeah

In the middle of the traffic jam
No respect for death
Everyone honks
In such a rush to go nowhere

The question I always ask myself
Where are all this people going
There are so many cars everywhere
The world has turned crazy

It’s so sad that sometimes
When I go back home
And I park my old truck
I see all of America crying
In my rearview mirror

Another freeway truck-stop
Stuck to eat shit
It’s true that in the soup of the day
There is no more love yeah

We killed human warmth
With chain service
On the TV another mad man
Started another shooting

The question I always ask myself
How do this poor people do
To cross a whole lifetime
Without love
It’s so sad that sometimes
When I go back home
And I park my old truck
I see all of America crying
In my rearview mirror

Nevertheless, I too
When I drive alone in the night
I ask myself what am I doing here
In the backlands yeah

I think about everything I missed
With Mimi and the two girls
And I have this fucked up feeling
To be a stranger in my own family

The question I always ask myself
Why work so much
Far from the ones I love
Just to play the game
It’s so sad that sometimes
When I am far away from home
Sitted in my old truck
I feel America crying
Somewhere in my heart


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s