Podcasts I recommend

This time I am going to do something a bit different. I will not just translate the same text in English and in French. I am going to talk about different things in each language as I listened to different podcasts in English and in French. As I did discover very interesting podcasts in both languages, if you are bilingual I invite you to read both parts and not just one this time 🙂

Unfortunately as I do need to be more focus when I listened to podcasts in English I listen to fewer of them so I am only going to talk about one.

1619 Podcast by the New York Times

You might have heard of the 1619 Project initiate by the New York Times last year for the 400th anniversary of when the first ship bringing slaves from Africa arrived on the American continent. The starting point of this project is trying to unlearn American History as it has been taught for ages: the American nation began with the Founding fathers, the revolution against the British Crown at the end of the XVIIIth century. What the 1619 project stands for is that to really understand the United States of America of today, we need to understand that the roots of America as we know it are not the American revolution, but it is the beginning of slavery on the continent. In 1619.

Source: New York Times

This podcast is hosted by Nikole Hannah-Jones and tackles different aspects of the shadow left by the American slavery on Black American people’s life through the stories from her own family and then other people’s testimonies and interviews. To allow the full history of this country to be in known by many and to deconstruct the narrative that excluded for so long the fact was America was built on slavery and that no aspect of its history since the arrival of the first slaves in 1619 has been spared from the heritage of slavery.

This podcast is really well produced, it is so very interesting and in my opinion of public interest.


Cette fois, j’ai fait les choses un peu différemment, je n’ai pas simplement traduit la partie en anglais en francais mais j’ai adapté le contenu à chacune des langues. Les podcasts ne permettant pas des sous titres je me suis dit que j’allais parler en francais de podcasts francophones et en anglais de podcasts anglophones. Si vous êtes bilingues je vous invite à lire les deux parties pour découvrir l’ensemble de ces podcasts.

Les podcasts Louie Media

J’ai découvert les podcasts Louie Media par le biais de la « saison 2 » de leur podcast Injustices intitulée Ou peut-être une nuit qui traite de l’inceste et des mécanismes du silence et du tabou qui l’entourent. Ce podcast m’avait été conseillé par une amie qui a plus l’habitude que moi d’écouter des podcasts. C’est bête, mais j’ai souvent eu du mal par le passé a écouter la radio pour autre chose que de la musique, j’avais donc du mal a me dire que les podcasts étaient un media pour moi. La production de Ou peut etre une nuit, la gestion du son, le ton de Charlotte Pudlowski a la presentation étant tous parfaits, je me suis laissee embarquée par ces récits. Le thème est lourd, et si ce n’est pas un sujet qui est un « trigger » pour moi je vous conseille de faire attention et peut être d’être entouré lors de l’écoute de ce podcast si il y a du post-traumatique autour de ce sujet pour vous.

Suite à cette écoute, et ayant vraiment apprecié a la fois le contenu mais également la pudeur et le ton de ce podcast je me suis intéressée aux autres podcasts de Louie Media qui explorent tous à la fois l’intime et l’universel à travers des témoignages forts et des histoires personnelles touchantes et instructives.

Le podcast Entre dont la saison 1 suit la jeune Justine qui entre au college – entre les histoires d’amitiés et d’amour un peu compliquées a cet age la, sa situation familiale, sa sensibilité – nous embarque, même nous, adultes, et m’a personnellement ramenée quelques années en arriere sur certains aspects (et m’a fait me sentir bien vieille sur d’autres). Le récit de Justine est à la fois tout ce qu’il y a de plus banal, elle nous raconte le quotidien d’une collégienne, mais aussi tellement singulier et c’est précisement ce qui est passionnant à écouter. Encore une fois ce récit est d’une extrême tendresse et très touchant et on sent la belle complicité qui s’est tissée entre la journaliste et Justine.

Visuel du Podcast Entre – Source: Louie Media

La saison 2 de Entre suit cette fois 2 jeunes gens, Lucien et Julie qui sont interviewés par leur belle-mere, Brune Bottero. Encore une fois ce sont des récits parfois croisés entre un frere et une soeur, qui racontent leur vérité. Celle de deux enfants, pré-adolescents qui ont perdu leur mère, qui ont rencontré la nouvelle femme de leur père et lui ont fait une place, ont accueilli une nouvelle soeur et qui vivent leur vie à l’école et en famille. Ce podcast parle donc de la famille qu’on appelle « recomposée » du point de vue des enfants, ceux a qui on prête toute sorte d’intentions dans les débats sur la famille ou l’éducation, et qui ont cette fois, enfin, la parole.

Louie Media vient également de lancer un podcast Passages qui racontent des histoires singulières, des rencontres et des moments marquants, essayant quand c’est possible de donner la parole aux differents protagonistes de l’histoire pour voir la difference de la mémoire. Il questionne la mémoire, la subjectivité de celle-ci et de nos souvenirs, nos interprétations, les non-dits… J’ai vraiment été emballée par ce nouveau podcast alors memes que certains récits sont tellement loin de moi et de mes réalites. J’ai été touchée et intriguée par chacun des récits entendus jusque-la.

Je vous conseille également – même si je ne l’ai pas (encore) écouté dans son integralité – le podcast Emotions. A chaque épisode la journaliste s’attarde sur une émotion et sur ce qu’elle signifie, avec des témoignages de personnes et des interviews de professionnels. J’ai beaucoup aimé les épisodes sur l’introversion et l’extraversion ainsi que celui sur le confiance en soi.

La matrescence – Clémentine Sarlat

Etant dans ma trentaine, j’ai « quelques » jeunes mamans dans mon entourage. D’autre part, ayant grandi dans une famille où je regardais le rugby avec mon frère tout particulierement, je connaissais la journaliste Clémentine Sarlat de ses années à France Télévisions où elle faisait les interviews en bord de terrain. Je la suivais un peu de loin sur les réseaux sociaux, et j’ai un jour découvert son podcast le Spotlight dans lequel elle interviewait des grands noms du sport francais (j’avais écouté les épisodes de Renaud Lavillenie et Laure Manaudou), puis j’ai découvert qu’elle avait créé apres la naissance de sa première fille le podcast de la Matrescence.

Source: francebleu.fr

Je ne me sentais pas plus concernée que ca par le sujet donc je ne me suis absolument pas jetée sur ce podcast (et encore une fois a ce moment là je ne prenais pas du tout le temps d’écouter des podcasts) mais j’avais retenu le pitch, la définition de la matrescence, concept qui a été défini aux US par la contraction des mots « maternité » et « adolescence » pour décrire le chamboulement qu’est l’arrivée d’un enfant dans le corps et dans le psychisme des parents.

Alors quand plusieurs de mes amies ont eu des enfants, et quand je pouvais les voir un peu à bout les premiers mois de la vie de leur enfant, n’ayant aucune ressource personnelle ou bon conseil sur le sujet, j’ai évoqué avec elles ce podcast, en me disant que ca pourrait surement les aider d’avoir acces à des témoignages, et j’étais ravie de voir que certaines le connaissaient déja. J’ai donc eu la curiosité d’écouter quelques épisodes par ci par là et je l’ai vraiment trouvé bien fait.

Chaque épisode parle d’un sujet particulier lié a la parentalité ou au périnatal. Clémentine Sarlat questionne et échange avec un(e) ou plusieurs invité(e)s autour du sujet du jour: accoucher a la maison, utiliser le langage des signes avec son bébé, la prématurité, le congé parental, etc.

Femmes puissantes – Léa Salamé

Femmes puissantes est un podcast France Inter présenté par Léa Salamé et dont vous avez surement entendu parler puisque lors de la derniere rentrée littéraire en France un livre issu de ces entretiens entre Léa Salamé et ses invitées est sorti.

Visuel du podcast Femmes Puissantes sur Radio France

Je suis toujours en cours d’écoute – et ce alors que la saison 2 de ce podcast sort actuellement – mais je suis fascinée par tous ces récits de femmes dont aucune n’accepte le qualitatif de « puissante » lorsque Léa Salamé leur propose. D’univers différents ces femmes ont toutes en communs d’avoir une forme de pouvoir que ce soit par leur liberté, par leur parole publique ou leur oeuvre. Et malgré certains discours avec lesquelles on est plus ou moins d’accord ou qui nous touchent plus ou moins, pour le moment j’ai trouvé l’écoute de ces récits très inspirants !

Mentions spéciales…

… pour ces podcasts dont je n’ai ecouté que trop peu d’épisodes pour les décrire plus en détail mais dont j’ai beaucoup apprecié l’écoute jusque là:

  • La poudre – Lauren Bastide : un podcast qui rassemble autour de la journaliste Lauren Bastide des femmes de différents horizons (actrices, écrivaines, militantes, artistes, chercheuses, scientifiques…) pour parler des luttes féministes et antiracistes actuelles
  • Les gens qui doutent – Fanny Ruwet : Fanny Ruwet, humoriste belge qui a entre autre une chronique sur France Inter dans la Bande Originale, passe un petit moment avec un invité, souvent venant du monde du stand up comme elle, pour interroger leurs doutes, ce que monter sur scene représente, ce qui les a menés à cela.
  • Un bon moment – Kyan Khojandi et Navo. Les créateurs de Bref et de tant d’autres projets à la fois drôles et touchants accueillent chaque semaine un duo d’invités autour d’une discussion et de petit jeu. C’est bon enfant, mais pas que, c’est joyeux mais pas que. En somme, on passe un bon moment.
  • Les émissions de France Inter, si vous ne pouvez pas les écouter en direct comme moi elles sont disponibles en podcast sur l’application Radio France : La bande originale et Par Jupiter! en particulier pour toutes leurs chroniques humoristiques (et parfois très très pertinentes), et en particulier celles de Marina Rollman (de plus en plus rare malheureusement), Gérémy Crédeville, Guillaume Meurice, Fanny Ruwet ou encore Constance, Morgane Cadignan et Tanguy Pastureau


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s